Bienvenue à Versailles.
 

Partagez | .
 

 Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar


♕Entrée à Versailles : 11/11/2012
♕Manuscrits : 107
♕Localisation : Versailles

MessageSujet: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 11:53


Soirée d'appartements

Versailles est sous la neige, le froid pénètre dans toutes fissures du magnifique palais et les nobles semblent dormir comme la nature, là, dehors. La reine a donc décidé de réchauffer le cœur de ses serviteurs et donne ce soir une soirée. Fière d'elle, elle a fait en sorte que tout soit parfait. mais, peut-on s'attendre à la perfection avec les nombreux complots qui se trament. Princes, ducs et comtesses feront tous pour satisfaire leurs Majestés, mais aussi leurs ambitions, parfois un peu trop grandes. Entre jeux, alcools et séduction, la fête réserve bien des surprises.

Dans ce rp votre personnage ne devra ni être déguisé,, ni être masqué ou rien du genre. Il ne dansera pas non plus. Cela est juste une soirée pour se divertir aux jeux. Chacun pourra poster quand il le voudra.

Bon RP !
© fiche créée par ell


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marieantoinetterpg.forumactif.org


avatar


♕Entrée à Versailles : 23/02/2013
♕Manuscrits : 22
Age : 20

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 12:56

Geoffroy se réjouissait à l'idée de s'éloigner de ses froids appartements. L'ennui commençait à le guetter et il savait quels effets celui-ci avait sur lui. Il le faisait boire et faire des bêtises qu'il ne ferait pas en temps normal.
Il faut dire que le comte d'Abercorn avait toujours été un homme d'action, et que l'idée de rester enfermé en un seul et même endroit lui déplaisait.
Il attendait le printemps avec impatience... Mais en attendant cette soirée ferait l'affaire.

Le comte marchait dans les couloirs glacés de Versailles, bien emballé dans sa nouvelle veste bleue rehaussé d'argent qui, il faut bien le dire, lui avait coûté un bras. Mais pour une soirée dans les salons de Leurs Majestés, il fallait y mettre le prix... Déjà que l'on se méfiait de lui parce-qu'il était soi-disant Anglais, il ne faudrait pas se ridiculiser en venant affublé comme un domestique.
Sa perruque commençait sérieusement à l'exaspérer à bouger de la sorte. Il aurait préféré venir avec ses propres cheveux, qui malheureusement ne voulaient pas se faire domestiquer. Geoffroy proférait quelques délicates insultes en Anglais contre cette stupide mode et cette étiquette qui régissait tout à Versailles.

Arrivé aux portes du salon, Geoffroy avait repris tout son sang-froid et sa perruque ne semblait plus faire des siennes.
Quelques personnes s'y trouvaient déjà. Visages connus mais à qui le Comte n'avait jamais adressé la parole. Il les salua tout de même avec élégance.
Les tables de jeux étaient installées, un buffet avec plein de petites choses à manger et à boire trônait dans un coin de la pièce. Cependant Geoffroy renonçait à se servir, jugeant qu'il n'était pas très correct de boire seul. Il devait attendre qu'une connaissance pointe le bout de son nez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 18:17

Rozalia trépignait d'impatience devant une si belle nouvelle. Cet après-dîner, Françoise était venue lui annoncer qu'une soirée avait lieu dans les salons de Versailles. Les deux amies avaient sauté de joie en se tenant les mains, comme deux gamines écervelées. C'est ce que Mademoiselle de Rochechouart se plaisait à faire croire à tous, mais Rozalia avait tout de suite deviné que la vicomtesse n'était pas aussi sotte qu'elle le laissait paraître et était en faite aussi vile et cruelle qu'elle. Qui se ressemble s'assemble d'après ce que l'on dit. Ce n'est qu'après ce petit intermède enfantin, que les deux jeunes femmes avaient choisi leur tenue. Magnifique. Comme d'habitude, évidemment. Françoise était plus du style français, alors que Rozalia correspondait parfaitement à la femme typique hongroise : Brune, blanche, plutôt mince. Enfin avant que la Hongrie ne soit sous la domination Autrichienne. La comtesse en avait des frissons rien que d'en parler … Elle détestait des Autrichiens.

Une fois apprêtées, coiffées et maquillées, les deux femmes partirent pour la soirée. Bon il n'était que dix-huit heures, mais il fallait bien un temps pour s'amuser par ce froid hivernal ! L' hongroise marchait d'un pas mesuré dans les couloirs du palais, la tête haute et hautaine. Un sourire froid sur ses jolies lèvres roses. Elle aurait pu ressembler à une statut grec. Sa longue chevelure était merveilleusement coiffée. Elle ne mettait pas perruque. Tant pis si ses cheveux n'était pas d'un blond immaculé, mais bruns. Elle n'avait aucune envie de ressembler à une poupée un peu trop sage. Rozalia représentait la tentation, le fruit défendu. La chasteté et la modestie ce n'était pas pour elle. Et puis il y avait bien trop de filles faciles qui se faisaient passer pour des oies blanches sorties du couvent. La comtesse, elle au moins, assumait. Bien qu'elle n'était pas une fille facile comme tout le monde se plaisait à le croire.

Lorsqu'elles entrèrent dans le premier salon, bien des regards se tournèrent vers elles. Le sourire sur les lèvres de la Bathory ne fit que s'accentuer devant les femmes emplies de jalousie. La jeune femme passa en revu la pièce, observant qui s' y trouvait. Un certain marquis très exaspérant n'y était pas encore, mais son plus proche ami oui. Elle fit en sorte de ne pas se précipiter vers lui, mais son sourire se fit vraiment chaleureux cette fois. Voilà près de deux ans qu'ils se connaissaient. Au départ leur relation était glaciale, mais après une fameuse nuit, ils s'étaient tout à coup rapproché. Rozalia se dirigea d'un pas joyeux vers le comte qui attendait à côté du buffet, seule. Sa galanterie allait le perdre un de ces jours.

L' hongroise tapota l'épaule de Geoffroy et le taquina ouvertement.

« Eh bien mon cher, ce n'est pas dans vos habitudes de ne pas avoir de femmes à vos cotés … Auriez-vous cessé de vous comporter en vrai galant ? »

Et alors qu'un valet passait à côté d'elle, elle prit une coupe de champagne située sur le plateau que tenait le gringalet. Elle lui offrit un regard langoureux, ce qui fit rougir le jeune garçon. Rozalia ria d'un éclat cristallin. Pauvre idiot, s'il savait qu'à son habitude, la comtesse préférait jeter ses servants aux chiens plutôt que de leur parler ! Seule compter Marianne, sa camériste qui était sa petite protégée. Elle la considérait d'ailleurs comme une sorte de petite sœur.

« Ou étiez-vous ? Cela fait un moment que je vous ai point vu . »

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 19:43

Morne à l'extérieur, morne à l'intérieur, se disait Malek. La Cour de Versailles semblait suivre la tendance des saisons. Malek n'avait jamais vraiment aimé l'hiver, après tout, qui avait-il de bon dans cette saison? Rien ne poussait dans les sols gelés et les murs du château était glacials.

Le duc était devant la fenêtre de ses appartements, regarda dehors d'un air déprimé, un verre à la main. Si au moins il y avait un bal de prévu, ça aurait égaillé quelques jours en plus, le temps des préparations... Le regard du Suédois s'illumina alors : Mais il y avait bien quelque chose d'organisé! Une soirée dans les salons de la Reine! Comment avait-il pu oublier? Un sourire vint contribuer à la gaité soudaine du duc et celui-ci vida son verre pour le poser sur une petite table. À peine avait-il fait cela, qu'il appela une domestique pour lui demander de faire quérir le couturier qu'il aimait tant. Ce couturier était en fait celui qui faisait tous les habits de Malek. Il était français, ce qui aidait fortement le Suédois, puisque celui-ci avait souvent encore quelques difficultés à maîtriser la mode française.

Il était encore tôt dans la matinée, heureusement d'ailleurs, car Malek n'aurait peut-être pas eu le temps de se faire faire un tout nouvel habit pour la soirée. Et il n'aurait certainement pas pu reporter des vêtements déjà utilisés, Marie Thérèse lui en aurait tapé sévèrement les doigts, cela était sûr! Quoiqu'il en soit, le couturier vint quelques minutes à peine plus tard, tout échevelé et les traces de son lit encore sur le visage. Il devait certainement jurer en ce moment de s'être aussi mal fait réveillé! Mais Malek s'en fichait un peu, il ne voulait pas rater l'opportunité d'aller à cette soirée.

Le couturier choisit comme tissus un bleu foncé, ce qui mettait en évidence le regard clair du duc, avec de petites veinures couleur d'or. Il prit les mesures du Suédois pour que le pourpoint soit parfaitement ajusté, puis entreprit de le coudre. Cela prit une bonne partie de la journée pour mettre à point tous les détails de l'habit du duc, pour qu'il soit absolument parfait pour la soirée de la Reine. Le Suédois se félicita donc de s'être rappeler assez tôt de cet événement.

Le soir arriva bien assez tôt et Malek n'eut pas même le temps de l'attendre avec trop de hatise. L'heure venue, le duc endossa son habit fraîchement fait, se plaça légèrement les cheveux devant un miroir (parce qu'il détestait encore autant la mode versaillaise pour les coupes de cheveux et préférait donc les garder courts et libres de perruque comme à la Cour de Suède), puis quitta ses appartements et se rendit dans les salons.

Lorsqu'il entra, le Suédois fit le tour de la pièce en un regard. Peu de gens étaient déjà arrivés, ce qui était bien dommage, puisque Malek pensait que plus il y avait de personnes dans une fête, plus le plaisir était grand! Cependant, le Suédois remarqua Geoffroy of Abercorn, ce sympathique homme qu'il avait rencontré quelques temps plus tôt. Les deux étrangers de Versailles s'entendaient très bien et ne manquaient jamais de s'amuser ensemble. Le duc se dirigea donc avec entrain vers Geoffroy, un sourire au visage :

« Bonsoir, cher ami! Quelle heureuse idée que sa Majesté a eu, n'est-ce pas? », puis, remarqua que Rozalia devait parler à Geoffroy avant qu'il n'arrive, Malek s'incline devant la comtesse : « Milles excuses, madame, je viens de me rendre compte que vous teniez une conversation avec cet homme. Continuez, je vous en pris, je ne vous embêterai plus »

Mais, sur ces paroles, Malek resta aux côtés des deux jeunes gens au lieu de les laisser tranquille. Après tout, personne d'autre d'intéressant n'était arrivé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 23/02/2013
♕Manuscrits : 22
Age : 20

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 20:07

Voir apparaitre Rozalia fut presque un soulagement pour Geoffroy. Tout ses gens qui passait sans le voir l'exaspérait et l'amusait au plus haut point... Beaucoup de regard se tournait vers la marquise. Nombre de femme était jalouse et d'homme séduit par sa beautée. C'est vrai qu'elle était resplendissante, et son goût pour la provocation ne faisait qu'attiser les convoitises de tout ses nobliaux.
Geoffroy savait qu'il avait de la chance de connaitre cette jeune femme exceptionnelle sur tout les plans et c'était presque un honneur de se voir accorder sa confiance.
La Comtesse mit un certain temps à venir vers lui, mais c'est avec un grand sourire et le pas léger qu'elle vint quelques instants plus tard.
Elle tapotait légèrement l'épaule du Comte tout en le taquinant. Ces petits jeux l'amusait beaucoup, et il faut dire qu'il se plaisait à répondre à ce genre de piques...


"L'art de la galanterie ce n'est pas de venir avec une femme. C'est de faire croire qu'on l'attendait." dit le comte à son amie avec un sourire goguenard.

Ce faisant il baisa la main de la comtesse. "Madame, j'ai l'impression que vous faites des jalouses comme toujours"
Geoffroy se saisissait d'un des verre que transportait le serviteur troublé par le regard de Rozalia qui éclata de rire. Le Comte souriait au vue de la scène qui se déroulait devant lui.

« Ou étiez-vous ? Cela fait un moment que je vous ai point vu . »

"Enfermé dans mes appartements depuis quelques jours pour mon plus grand déplaisir... A dire vrais, j'attends le printemps pour pouvoir retourner à la chasse. Ce palais commence à me donner la nausée...
Je vous retournes la question Madame, j'ai l'impression que cela fait des siècles que nous ne nous sommes vu !"


Les deux interlocuteurs furent soudain interrompus par une voix masculine que Geoffroy avait déjà cotoyé lors d'autres fête. Malek von Strömstad un sourire au lèvres le saluait.
Le visage du comte s'éclaira. En compagnie de ses deux amies la soirée promettait de ne pas être ennuyeuse.
Les deux hommes échangèrent une franche poignée de mains et Geoffroy répondit à la question de Malek.


"En effet mon ami, une idée lumineuse... j'avait l'étrange impression de faire corps avec mes appartements..." dit le comte un sourire au lèvres. Il se tourna vers Rozalia. " Mais excusez-moi Madame, je suis bien impoli. Je vous présente le Duc Malek von Strömstad, Messire, voici la Comtesse Rozalia Bathory, mais je suppose que vous la connaissez déjà ?"

Il faut dire que tout le monde connaissait Rozalia et que sa réputation était connu de toutes la cour.
C'est avec un grand dépit qu'il vit que Malek ne portait point de perruque. Il glissa discrètement à son ami
"Est-ce que cette chose posé sur mon crâne me donne un aspect ridicule ? " Si il pouvait la faire disparaitre il le ferait de suite... Mais il était condamné à passer la soirée la soirée ainsi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♕Ainsi sera grogne qui grogne
avatar


♕Entrée à Versailles : 11/11/2012
♕Manuscrits : 310
♕Localisation : Versailles

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 20:21

La comtesse revenait d'une dure matinée où elle avait subie le gros problème d'être membre de la famille royale . En effet, elle avait entendu toute la matinée des railleries sur elle. Oh bien sur on ne la visait pas vraiment quand elle était là. Parfois elle passait devant un groupe de deux ou trois femmes qui d'un coup se mettaient à rire. Il n'y avait qu'une seule chose possible: on se moquait d'elle. Pourtant, elle avait la façon d'être d'une noble, elle était jolie, gracieuse et en manquait pas de politesse. Voilà ce qu'elle aima le moins à la Cour: que l'on ose mettre des rumeurs et des moqueries sur des personnes dont on ne connaissait que l'on nom et même pas la voix. Ce qui était bien dommage, c'était que personne ne pouvait arrêter les dires, même pas le Roi et la Reine. Bien sur, imaginez-vous des sujets qui ne se moquent pas de leur maitre? Et bien ici, nous en avons la preuve, le Roi et la reine subissait elle aussi les foudres des discussions.

Marie n'était pas comme cela. Parfois elle aimait répondre, montrer qu'elle existait vraiment, mais elle n'était pas une folle des bavardages. C'était peut-être parce qu'elle n'osait faire de mal aux autres quand ils ne lui en faisaient pas, c'était surement cela. Il était bien loin le temps où elle n'osait accorder un mot à quelqu'un d'un rang inférieur, non, maintenant elle savait que ces personnes étaient parfois de confiance. Elle les traitait avec autant de gentillesse qu'elle le ferait avec sa meilleure amie. Il fallait dire qu'elle savait à présent accorder sa gentillesse à autrui. Marie ne voulait pas redevenir l'enfant qu'elle avait été, si insupportable et si arrogante. Elle savait que ses parents n'avaient pas tous les jours été ravis de son comportement et elle comprenait à présent pourquoi quand elle regardait les faits et gestes des dames de Versailles. Si elle avait murit, il était temps que d'autre le fasse. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser que ces pensées étaient mal, que l'on ne pouvait croire ces choses.

La petite fille de France ne savait que faire, elle voulait fuir ces dames et ne pas les retrouver. Elle monta alors les escalier pour se retrouver au premier étage, loin du tumulte. Les couloirs étaient désert. C'était idéal. Elle retint ses larmes jusqu'à ce qu'elles s'enfuient bien loin de là. Marie préféra admirer les lustres, peintures et tout autre art que l'on pouvait y apercevoir. Elle repensait aux cours qu'elle avait eut et essayait de découvrir les facettes de chaque trait de peinture, de chaque facette des sculptures. Elle se vidait alors l'esprit, il n'y avait rien de mieux. Pour la première fois de la journée elle allait bien. Sa tristesse était devenue colère mais elle la canalisa pour pouvoir ensuite la faire s'estomper comme les larmes, mais cela, elle n'y arriva pas, c'était beaucoup plus dur de mentir à son cœur qu'à ses membres. Elle ne savait pas trop cacher ses sentiments, on pouvait lire la peur dans son regard quand elle s'inquiétait, elle ne pouvait s'empêcher de rire si tout allait bien. C'était un peu du naturel à l'état brut. et ce qui peut faire peur à chacun est de perdre sa façon d'être pour plaire aux autres: c'est ce que l'on appelle Versailles.


Dans sa solitude extrême, la comtesse ne vit passer que des servants. Il y en a un qui retint son intention. en effet, il était à peine passé qu'il revint en sens inverse l'air très pressé. Elle le regarda s'éloigner à grand pas, chaussures claquant contre le sol à chaque pas donnant la force qu'il mettait à marcher. Il était étonnant de voir avec quelle rapidité et force, les hommes mettaient quand ils avaient quelque chose en tête. Si les femmes n'étaient que douceur, ils étaient alors bien leurs opposés. Même sous al torture, une femme devait se montrer calme, ne rien dire qui fâche ces messieurs et garder la bienséance de leur étiquettes. Hors les hommes ont bien plus facilement le droit de s'emporter, de crier Guerre. Est-ce à cause de leurs colères que les Rois avaient toujours fait le souhait de combattre ou de faire combattre. Pourquoi était-ce toujours les hommes qui avait le privilège de combattre. non pas que la Duchesse aurait aimé, mais elle aurait put y mettre toute la colère qu'elle avait en elle. A vrai dire, c'était toujours comme ça, les hommes avaient le droit de faire, les femmes de suivre. Mais il ne fallait pas se plaindre, c'était grâce à eux que les femmes étaient heureuses...

Quoiqu’il en soit , ce soir , il y avait appartements comme l’on disait . Elle allait pouvoir rire , tout en jouant des sommes immenses acquise grâce à un époux qu’elle devrait pourtant supporter toute la soirée ! Que voulez vous ! Chacun porte sa croix .

Le page repassa alors dans le sallon principale de son lieu de vie , qu’elle venait de rejoindre , tout aussi pressé qu'avant avec du tissu dans les mains. La princesse comprit que c'était des robes. Chose facilement à savoir quand on est une dame, et puis il ne fallait pas omettre le fait qu'elle s'habillait en accord avec la mode, le temps et les évènements, et ce avec facilité. Un cadeau de sa mère peut-être, qui avait toujours sut être la plus belle dans ses contrées. Oh comme les dames du peuple ne pouvaient rivaliser, mais ses cousines, les différentes prétendante au titre de belle-sœur, non jamais elles n'avaient sut la détrôner. Ce n'était pas une question d'acheter ce qui était à la mode ou ce qui était de tel ou tel couturier, c'était surtout de savoir trouver la robe correspondant à l'occupation de la journée qui soit en plus belle et synonyme de majestueuse.

Mais voyons!!! Vous ne pouvez pas faire un peu plus attention!! Vous savez combien ces robes coûtent? Non certainement pas! Regardez ce que vous avez fait!!! Elles sont froissées à présent! Incapable!

Le page baissa la tête pour cacher son visage qui rougissait peu à peu de honte:

Madame, je vous prie de bien vouloir me pardonner, mais c'est qu'il y en avait beaucoup et je n'avais pas...

La comtesse le coupa en frappant le sol violemment à l'aide de son pied:

Mais c'est que vous répliquez en plus! Disparaissait de ma vue!!

Après maintes heures de préparations , une robe marron fut sélectionné . Accrochant à son délicat poignet , un baluchon empli de pièce , elle saisit dans une autre main un éventail . Quartes dames de sa suites , l’accompagnerait se soir .Touchant ses cheveux , elle décida d’y aller avant que trop de monde ne soit déjà présent . Ainsi , elle pourrait les voir se courber devant elle , et non sa maudite belle sœur . Courant presque dans les couloirs , elle atteignait finalement son but . Remarquant rapidement qui était présent , elle se cacha derrière son éventail à la vu de Malek son ami , qu’elle avait depuis quelque temps négligé pour de mauvaise raison . Lui en tiendrait t’il rigueur ? Elle ne le savait pas . D’ailleurs , Marie décréta qu’il ne fallait plus y songer , sinon son maquillage allait couler . Baissant la tête , en signe de salutation , elle virevolta entre les tables . Ses « chaperons « la suivant toujours , elle s’assit à une table , ne préférant regarder que ses cartes .


(je fais un bref saut , juste pour monter que je suis toujours vivantes malgrès mes cours de philo ! En tout cas je redeviendrais très active la semaine prochaine !)

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Dim 24 Fév - 22:49

La comtesse était vraiment heureuse de revoir son ami, elle avait même la terrible envie de le serrer dans ses bras fins. Elle l'aurait fait. S'il n'y avait pas tant de monde. Mais de toutes façons, les deux jeunes gens n'avaient pas besoin de se serrer l'un contre l'autre pour savoir qu'ils étaient heureux de se revoir. Bien que Rozalia était convaincu que ça n'aurait pas dérangé Geoffroy de le faire. Après tout, il était pas mal ... elle était pas mal ... Bah ! La jeune femme chasses ses pensées d'un battement de paupières. Et puis Geoffoy était un preux chevalier, il ne fallait qu'il soit corrompue par la perversité malsaine de Rozalia. Bien qu'il n'avait pas besoin d'elle pour ça, il se débrouillait déjà très bien tout seul.

"L'art de la galanterie ce n'est pas de venir avec une femme. C'est de faire croire qu'on l'attendait."

La jeune femme ria à cette évocation. Il n'y avait rien de plus vrai et de plus hypocrite. Car la plupart des hommes attendait n'importe quelle femme.Une catin faisait l'affaire. Et puis, il n'y avait que les plus bêtes qui tombaient dans le panneau avec ce genre de phrases. Sérieusement ? Geoffroy n'aurait pas été si proche d'elle, elle aurait eu de la compassion pour lui. Cette phrase n'était pas à dire à des femmes comme elle. Il fallait un peu plus de passion et de noirceur.

« Eh bien, monsieur je vois que vous maîtrisez toujours aussi bien les jolies phrases. En attendant, je ne vois aucune femme à l'horizon qui puisse rendre cette citation véridique. Il va donc falloir vous contentez de moi. Pauvre Geoffrey ! »

Sur ce, elle lui fit un clin d'oeil malicieux et accueillit avec plaisir son baise main. De son côté, elle fit une légère révérence avec un sourire charmant. Un joli salut qu'il faisait à chaque rencontre. Une sorte de coutume chez eux. Et ce n'est qu'à ce moment fatidique qu'elle découvrit l'affreuse chose qui pendouillait sur la tête du comte. D'un coup sec du poignet, elle ouvrit son éventail et gloussa à son aise derrière, faisant croire en même temps que c'était pour le compliment qu'il venait de lui faire.

« Comme d'habitude. Mais vous aussi, vous êtes magnifiquement attifé ce soir.»

C'était sincère ! Geoffroy avait choisi la tenue qui lui allait à merveille. Il avait l'air d'un prince dans son habit. Il mettait le paquet pour s'attirer la faveur des français. Rozalia, elle, s'en fichait royalement. On ne peut pas dire qu'elle s'intéressait à grand-chose ne fait ... Elle était plutôt le nombril du monde et que la terre soit plate ou ronde, cela n'y changeait rien.

« Enfermé dans mes appartements depuis quelques jours pour mon plus grand déplaisir... A dire vrais, j'attends le printemps pour pouvoir retourner à la chasse. Ce palais commence à me donner la nausée... Je vous retourne la question Madame, j'ai l'impression que cela fait des siècles que nous ne nous sommes vu !

-Moi de même mon cher, je vaque de-ci, de-là pour affaire ... vous savez. Mais je reste le plus souvent à Versailles pour satisfaire mes petits caprices que vous connaissez tant. Mais puis-je savoir pourquoi vous êtes vous enfermé dans vos appartements ? Je suis sûr que l'ambiance de Versailles n'en est pas seulement la cause. Seriez-vous malade ? »

Rozalia sirota une gorgée de champagne. Geoffroy était quelqu'un de très résistant, selon elle. Après tout, il était écossais ! Et on savait que les écossais étaient des gens braves, courageux et qui portaient des jupes … Qui avaient d'ailleurs un nom spécial, mais la comtesse l'avait oublié. Alors, qu'elle était perdue dans la recherche de ce nom qui avait disparu momentanément de sa mémoire, une voix masculine vint interrompre la conversation qu'elle entretenait avec son ami. Étrangement, ce nouveau visage lui disait quelque chose.

« Bonsoir, cher ami! Quelle heureuse idée que sa Majesté a eu, n'est-ce pas? 
- En effet mon ami, une idée lumineuse... j'avait l'étrange impression de faire corps avec mes appartements... Mais excusez-moi Madame, je suis bien impoli. Je vous présente le Duc Malek von Strömstad, Messire, voici la Comtesse Rozalia Bathory, mais je suppose que vous la connaissez déjà ? » 

Rozalia inclina gracieusement la tête et tendit, ensuite, sa main au duc. Sourcils froncés, elle le fixait sans aucune gène. Elle réfléchissait à toute allure pour découvrir où elle l'avait déjà rencontré.

« Milles excuses, madame, je viens de me rendre compte que vous teniez une conversation avec cet homme. Continuez, je vous en pris, je ne vous embêterai plus.
Oh, non. Vous ne vous ne vous dérangez pas, je vous assure. Restez .Je suis enchantée, monsieur le duc. Il me semble effectivement que nous nous sommes déjà vu. Vous me dites quelque chose. »

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 25 Fév - 0:03

Malek sourit aux paroles de Geoffroy : « Faire corps avec vos appartements... Oui, cela semble bien décrire ma situation également. Malheureusement, je suis venu à Versailles parce que j'avais entendu dire que cette Cour n'avait pas son pareil pour les frivolités. C'était vrai lorsque je suis arrivé, mais l'hiver semble ternir cette joie! Tâchons de réveiller un peu ces jeunes gens, mon ami, nous nous amuserons un peu plus! »

Sur ces paroles, Malek fit un clin d'oeil entendu à Geoffroy. Puis, lorsque son ami se rendit compte qu'il ne les avait pas encore présenté l'un à l'autre, c'est ce qu'il fit tout de suite après. Malek s'inclina devant Rozalia, et effleura légèrement la main que Rozalia lui tendait de ses lèvres :

« Oui, je crois bien que nous nous connaissons déjà, mais je n'arrives malheureusement à me rappeller exactement d'où. J'ai beaucoup voyagé, alors peut-être suis-je passé par votre pays. Bathory, ce n'est pas français, je me trompe? », demanda Malek.

Rozalia le fixait sans gêne, mais le duc lui retournait bien ce regard. Il avait déjà rencontré cette femme et étrangement, il avait l'impression que c'était plus qu'une histoire de courtisanerie... Cela ne lui inspirait rien de bon.

- « Oh, non. Vous ne vous ne vous dérangez pas, je vous assure. Restez .Je suis enchantée, monsieur le duc. Il me semble effectivement que nous nous sommes déjà vu. Vous me dites quelque chose. »

Malek acceuillit avec un sourire ces paroles de Rozalia. Ainsi, elle aussi se rapellait de lui. Peut-être n'était-ce qu'une aventure qu'il avait eu... Après tout, il en avait eu dans tous les pays dans lesquelles il était passé, il ne s'en cachait pas. Mais quelque chose lui disait que ce n'était pas cela, bien que Rozalia était une femme d'une grande beauté et qu'il n'allait sans doute pas se départir de son attitude charmeuse.

Geoffroy se pencha alors vers lui et lui murmura :  "Est-ce que cette chose posé sur mon crâne me donne un aspect ridicule ? "

Malek avisa d'un air surprit la perruque de Geoffroy et tenta avec grand mal d'étouffer un rire. Il lui répondit alors sur le même ton, cachant ses paroles d'une main à quelques intrus qui auraient pu surprendre leur conversation : «  Eh bien... Je ne vous cacherai pas que je n'ai jamais aimé cette mode versaillaise, c'est pour cette raison que je m'y suis jamais soumis. Mais... Un accident est si vite arrivé vous savez », termina t'il, avec un air mystérieux.

Puis, le duc se tourna pour aviser un serviteur qui avait des coupes de champagnes sur un plateau. Malek fit un geste en sa direction et le jeune homme se dirigea tout de suite vers le groupe.

- « Amusons-nous un peu en cette belle soirée d'hiver, voulez-vous? », fit Malek, avec un large sourire sur le visage. Le serviteur était maintenant rendu à leurs côtés et le Suédois fit mine de faire un faux mouvement en se tournant vers le jeune homme, comme s'il ne l'avait pas remarqué et une coupe de champagne projeta son liquide non loin de la perruque de Geoffroy.

« Malheureux, qu'avez-vous fait? Vous vous rendez compte que monsieur le compte ne pourra plus porter cette coiffure maintenant? Vous devriez avoir honte! Allez, donnez-nous chacun une coupe de champagne et fondez-vous dans la masse, que je ne vous revoie plus! », puis, une coupe de champagne à la main et se tournant vers Geoffroy : « Mon pauvre ami, je crains que vous ne devrez retirer votre coiffure. »
Malek avait prit un air un peu trop désolé pour être prit au sérieux, mais il s'en fichait un peu. Il était dans son élément, ici, dans les appartements à faire la fête! Il n'allait certainement se freiner parce quelques-uns allaient le prendre un peu trop au sérieux...

À ces pensées, Malek ne put s'empêcher de penser à Marie-Thérèse. Sa chère amie se serait tellement amusée dans une telle soirée! Il se demandait bien quand elle allait arriver... Il mourrait d'envie de faire apparaître un sourire sur son joli minois. Le duc regarda discrètement autour de lui, mais il commençait à y avoir un peu trop de gens dans la pièce pour que le Suédois puisse remarquer que la belle comtesse d'Artois était assise à une table où l'on jouait aux cartes. Peut-être n'était-elle pas encore arrivé? Malek se dit qu'il ne pouvait quitter les jeunes gens avait qui il discutait en ce moment, cela ne faisait pas assez longtemps qu'il s'était joint à eux... Ça ferait malpoli. Mais il se promit d'aller faire le tour de la pièce tantôt pour trouver la plus belle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 23/02/2013
♕Manuscrits : 22
Age : 20

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 25 Fév - 12:13

-"Moi de même mon cher, je vaque de-ci, de-là pour affaire ... vous savez. Mais je reste le plus souvent à Versailles pour satisfaire mes petits caprices que vous connaissez tant. Mais puis-je savoir pourquoi vous êtes vous enfermé dans vos appartements ? Je suis sûr que l'ambiance de Versailles n'en est pas seulement la cause. Seriez-vous malade ?"

La réponse de son ami l'amusait d'autant plus qu'elle était déjà au courant des raisons de son enfermement. En effet, Geoffroy tombait très rarement malade et même quand il l'était sa constitution robuste n'empêchait aucunement ses activités...

-"Moi malade grand Dieu non ! Disons plutôt que j'essaie d'échapper à certaine personne très, comment dire... Très désireuse de me voir dirons nous."

Il était vrais que cette Yolande de Polignac ne cessait de vouloir le séduire. Et pour l'instant, elle n'était point encore présente à la soirée. A la grande joie de Geoffroy qui allait peut-être pouvoir s'amuser un peu sans que cette, il fallait l'avouer, fort belle dame ne vienne occuper tout son temps.
Cela faisait presque une année que la Comtesse cherchait à le séduire... Cependant sans réel succès.

Malek riait à l'évocation de l'immonde perruque que portait le Comte d'Abercorn. Il fallait dire que cette chose lui donnait un aspect fort ridicule comme tout ses nobles Français qui tentait desespérement de cacher leur calvitie, hors Geoffroy était loin d'être chauve.
C'est avec un rire qu'il accueillait les paroles du Duc. Celui-ci avait sûrement déjà trouver une solution à son problème... capillaire.
Voyant le jeune serveur approcher un plateau pleine de coupes de champagne en main, Geoffroy su déjà ce que Malek avait en tête. Et un mouvement brusque plus tard, sa perruque se trouvait aspergé de champagne. Le comte feignit de s'énerver contre le petit serviteur qui servait d'alibi à la disparition de la perruque et il faut dire que lutter contre son envie de rire était difficile... L'ai contrit qu'avait pris Malek ne faisait que renforcer tout cela.


« Mon pauvre ami, je crains que vous ne devrez retirer votre coiffure. » " Je le crains aussi mon cher... Cela est incroyable."dit le Comte tout en retirant sa coiffe. Il déposa cette dernière sur un bord de fenêtre se jurant de ne plus y penser de toute la soirée.

Geoffroy attrapa une autre coupe de champagne " Et si nous allions nous amuser un peu pour oublier ce triste incident ? Une partie de carte nous ferait le plus grand bien !"

Tout en disant cela il fit un léger clin d'oeuil à ses comparses, attendant leur approbation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 25 Fév - 20:57

Rozalia approuva Geoffroy d'un signe de tête. Elle comprenait, en quelques sortes, ce que ressentait son ami à fuir des femmes qu'il ne désirait pas voir. Sauf qu'elle, elle fuyait certains hommes. Bien que cela soit rare. Trop rare. Elle devrait peut-être penser à être plus ferme avec les amants qu'elle avait ... Oh, non. Le plaisir de la chair l'attirait trop pour qu'elle s'en passe. Et puis c'était elle qui invitait les hommes dans sa couche, pas l'inverse. Pour la jeune femme cela n'était pas possible. Elle ne se rendait jamais dans l'appartement d'une conquête. C'était comme se soumettre. Rozalia préférait tirer les ficelles. Le pouvoir, encore le pouvoir.

Lorsque Geoffroy la présenta à un certain duc, la comtesse sentit que la soirée n'allait pas se passer comme elle le désirait. Le visage séduisant du jeune homme lui rappelait vaguement quelque chose. Un amant d'un soir. Non, ça l'étonnerait grandement, étant donné qu'elle savait exactement avec qui elle avait couché. A part quand elle était soûle. Rozalia se mit à fixer le duc sans aucune gène et il fit de même.

« Oui, je crois bien que nous nous connaissions déjà, mais je n'arrive malheureusement à me rappeller exactement d'où. J'ai beaucoup voyagé, alors peut-être suis-je passé par votre pays. Bathory, ce n'est pas français, je me trompe?
- En effet, ce n'est pas français. Et à moins que vous vous soyez rendu en Hongrie, j'ai bien peur que nous ne nous soyons jamais vu. Et pourtant ... »

Son regard. Ils s'étaient forcément déjà rencontré. Rozalia en était certaine, elle en aurait donné sa main à couper. Elle avait déjà vu ce regard sur elle, mais il n'était pas aussi bienveillant que ce soir. Et la comtesse ne se souvint exactement les raisons de leur rencontre qu'après que les deux hommes aient terminé leur petit manège pour enlever l'immonde perruque que portait le comte. Le valet en prit d'ailleurs pour son grade et il fila sans rien dire. Rozalia aurait souri sournoisement, si elle ne s'était pas souvenue de se fameux soir, où le duc l'avait vu fouiner dans des affaires qui n'étaient pas les siennes. Depuis, elle se méfiait de lui comme de la peste et avait tout fait pour l'éviter. Il avait d'être aussi curieux qu'elle et la jeune femme comptait bien le fuir comme la peste.

« Et si nous allions nous amuser un peu pour oublier ce triste incident ? Une partie de carte nous ferait le plus grand bien ! »

Comme d'habitude, la comtesse fit preuve de sang froid et applaudit délicatement la proposition de Geoffroy. Son verre de champagne à présent vide, elle en prit un autre et le but d'un coup. L'alcool allait l'aider à ne pas flancher, ou pas. Rozalia afficha un magnifique sourire séduisant et charmeur aux deux hommes en faces d'elle.

« Quelle bonne idée mon ami ! En effet cela nous changera un peu de cette monotonie plus qu'ennuyeuse. Mais monsieur le duc, vous semblez ailleurs. Attendez-vous quelqu'un ? Une dame chère à votre coeur peut-être? »

Rozalia pria de toutes ses forces pour qu'il ne se souvienne pas d'elle et souhaita de tout son coeur pour qu'une jeune femme interpelle son attention. Malheureusement pour elle, c'était loin d'être gagné. La comtesse prit donc sur elle, et accompagné des deux hommes, alla s'asseoir à une table, où un valet attendait debout pour distribuer les cartes.

« J'espère, messieurs, que vous n'êtes pas mauvais perdants ! Surtout face à une femme. »

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 25 Fév - 21:33

Victoire avait reçu invitation de la part de la Reyne à une soirée de jeux ce qui la sortit enfin du mutisme qu'elle avait depuis sa toute dernière rencontre avec le marquis de La Fayette qui l'obsédait complètement, mais elle savait que tout était perdu d'avance. Mais qu'allait-elle donc mettre pour épater encore une fois la galerie ?

La jeune femme avait toujours eu l'audace de mettre des tenues qui ne convenaient pas toujours et qui disons-le étaient si cher que cela en ruinait son pauvre époux. Cela ne faisait que rajouter au bonheur de la Princesse qui adorait entendre son cher cousin se plaindre combien elle lui coûtait cher, mais ne savait-il donc pas que son rang méritait autant de dépenses ?

Le fameux soir arriva et elle prit l'après-midi pour se préparer, car sa Majesté l'avait laissé généreusement prendre son temps pour les préparatifs.

Victoire choisi une robe mauve vif qui faisait ressortir ses grands yeux bleu et sa peau blanche. Le devant était assez décolleté laissant voir la naissance de sa poitrine, le devant était brodé et des petites perles ajouté des touches de lumières. Le bas de la jupe était tout autant perlé . Ses épaules étaient laissées à découvert et son dos avec un laçage complexe et une grande ouverture pour voir sa peau. S'admirant dans le miroir elle ne put qu'aimer son image et elle mit ses chaussures et s'installa pour se faire coiffer. On fit un joli chignon et y mit quelques plumes blanches et mauves au travers des boucles.

Victoire mit des perles à ses oreilles et à son cou. Son maquillage fut assez léger pour ce genre de soirée. La voilà enfin prête pour attirer les regards. Elle prit son éventail et son époux qui n'était toujours pas à Versailles elle l'oublia se promettant un moment des plus agréables.

La Princesse arriva enfin devant les appartements et on la fit entrer. Elle jeta un regard à la ronde et vit un petit groupe de noble qu'elle connaissait bien. Comment ne pas résister pour aller déranger ces bonnes gens ? Certes elle était bien triste de ne pas voir le Marquis, mais sans doute ne viendrait-il pas il ne semblait pas aimer les mondanités .

La jeune femme se prit un verre de champagne et en but d'un seul coup et se resservit. Elle avait remarqué une perruque sur le bord d'une fenêtre et vit bien l'homme qui l'avait perdu.

La Duchesse avait remarqué comme il semblait bel homme , mais elle ne le connaissait pas . Elle se dirigea vers la perruque et la prit et alla vers la table de jeu où se trouvait le petit groupe.

La jeune femme lança la perruque sur la table devant eux en disant:


Je crois que quelqu'un a perdu sa crinière...

Victoire un sourire en coin avait bien vu que tous avait retourné le regard vers elle surprise par cet entré peu orthodoxe. Elle continua en disant:

Cela doit être dû au stress j'ai entendu dire que la nervosité faisait perdre les cheveux imaginez-vous comme cela doit être affreux pauvre homme je le plains...

Victoire avait le don de déranger et cela l'amusait beaucoup. Finalement elle dit:

Enfin je souhaite à cet homme de retrouvait ses cheveux. Bonsoir à vous je suis heureuse de tous vous voir ce soir. Je ne crois pas tous vous connaître.

Je me nomme Victoire-Armande de Rohan, Princesse de Rohan et Dame de compagnie de sa Majesté la Reyne.

Alors dites-moi que je n'ai pas tout raté de cette palpitante soirée...


La Princesse c'était installée de sorte qu'on puisse la voir et elle adorait cet instant où elle était le centre de l'attention.Elle jeta un moment son regard sur l'homme qui avait perdu sa perruque et qu'elle ne connaissait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mar 26 Fév - 2:42

Ça y est, Malek se souvenait. Bien entendu qu'il était allé en Hongrie! Et étrangement, pile au moment où il y avait une rumeur assez intéressante et... effrayante sur une certaine dame. Celle-là même qui se trouvait devant lui en ce moment. La rumeur disait que la comtesse de Bathory avait assassiné son propre mari. Bien sûr, rien n'était prouvé, mais les gens en parlaient un peu trop fréquemment au goût de Malek. Le Suédois avait donc tenté de faire sa propre investigation sur l'affaire et c'est durant l'une de ses escapades dans les confins du château hongrois pour en découvrir un peu plus sur ce secret que la comtesse de Bathory l'avait surprit. Et le regard qu'ils avaient échangé n'avait rien de sympathique.

Malek regardait maintenant Rozalia d'un autre œil. Il y a quelques secondes à peine, il la trouvait séduisante, agréable et intelligente, maintenant tout ce qu'il voulait c'était de découvrir la vérité. Cette femme lui fichait la frousse.

« Eh bien, vous allez être surprise, mais oui je me suis déjà rendue en Hongrie. J'ai trouvé que c'était un très joli pays. Nous nous sommes sûrement rencontrés lors d'une des soirées! », fit Malek.

Il avait dit cela avec le sourire qu'il arborait habituellement, mais ses yeux semblaient continuer de sonder Rozalia. La soirée avait pris une tournure très intéressante...

Puis, lorsque Malek sauva Geoffroy de son affreuse perruque, celui-ci dit : " Je le crains aussi mon cher... Cela est incroyable."

Le Suédois ne put s'empêcher de rire aussi tant la situation avait été amusante. Décidément, s'il se forçait un peu à oublier le mystère de l'Hongroise, la soirée allait être tout simplement délicieuse!

Geoffroy :  «Et si nous allions nous amuser un peu pour oublier ce triste incident ? Une partie de cartes nous ferait le plus grand bien !"

Rozalia : « J'espère, messieurs, que vous n'êtes pas mauvais perdants ! Surtout face à une femme.»

Malek donna une tape amicale sur l'épaule de Geoffroy pour accueillir cette proposition et répondit : «Je ne refuserai jamais de m'amuser un peu autour de cartes! Et je ne suis pas mauvais perdant puisque je ne perds tout simplement jamais, très chère », fit le duc, en faisant un clin d'oeil à Rozalia.

Le joyeux trio s'était à peine installé à une table que l'affreuse perruque de Geoffroy réapparut soudainement sur la table. Malek sursauta et leva des yeux tout aussi surpris vers la provenance de la perruque pour rencontrer le regard de Victoire. Puis, éclatant de rire, il regarda Geoffroy et dit : « Eh bien, je crois que cette perruque vous poursuit très cher! » [HJ : Je prends en compte que Geoffroy va répondre en premier aux paroles de Victoire, puisque ça le concerne directement. Donc je ne ferai pas les présentations non plus.]

Malek dit à Victoire, toujours aussi souriant, après tout cette soirée commençait en force : «  Non non, vous n'avez manqué que la petite mésaventure de la perruque ce cher Geoffroy se fera assurément un plaisir de vous raconter! Asseyez-vous donc très chère, nous nous apprêtions à jouer aux cartes! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 23/02/2013
♕Manuscrits : 22
Age : 20

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mar 26 Fév - 15:41

« J'espère, messieurs, que vous n'êtes pas mauvais perdants ! Surtout face à une femme. »
Le Comte eu un petit rire aux éclats. Son amie savait que Geoffroy était fort mauvais aux cartes... Ce qui ne l'empêchait aucunement de jouer et de s'amuser.
Il ne savait pas mentir ou bluffer, sa nature même en était incapable...

"Vous savez très bien que je ne suis pas mauvais perdant Madame" dit-il en lui jetant un clin d'oeuil.

«Je ne refuserai jamais de m'amuser un peu autour de cartes! Et je ne suis pas mauvais perdant puisque je ne perds tout simplement jamais, très chère »

Malek était en effet tout son contraire. La chance aux jeux lui souriait bien souvent. Cela serait sûrement fort interessant, ses deux compagnons étant tout deux de fort bon joueur, et surtout ils ne manquaient pas de ruse pour arriver à leurs fins...
Geoffroy tira la chaise de Rozalia pour qu'elle puisse s'asseoir sans encombre.
Le Comte d'Abercorn prit place en face de la Comtesse et Malek se trouvait à sa droite. Il restait encore une place pour que quelqu'un viennent se joindre aux 3 compagnons.

Geoffroy s'apprêtait à demander au valet de distribuer les cartes, quand soudain la perruque dont le comte croyait s'être enfin débarrasser réapparus au centre de la table de jeux.
Il se tourna vers celui... celle qui l'avait jeté. C'était une fort jolie femme qu'il n'avait jamais vu auparavant... Pourtant Geoffroy avait une fort bonne mémoire pour ce genre de personne. Le jeune femme dit :


"Je crois que quelqu'un a perdu sa crinière...Cela doit être dû au stress j'ai entendu dire que la nervosité faisait perdre les cheveux imaginez-vous comme cela doit être affreux pauvre homme je le plains..."

"Je crains Madame que la calvitie ne me guette point encore... Cette perruque était abandonner suite à un incident survenus quelques instant avant votre arrivée..."
Geoffroy se leva et sourit à la jeune femme qui se présenta. Il poursuivit avec son fort accent Ecossais:
"Permettez-moi de me présenter, Geoffroy comte d'Abercorn, pour vous servir belle dame"
L'Ecossais s'inclina et baisa la main que lui tendait Victoire.

"Alors dites-moi que je n'ai pas tout raté de cette palpitante soirée..."
« Non non, vous n'avez manqué que la petite mésaventure de la perruque ce cher Geoffroy se fera assurément un plaisir de vous raconter! Asseyez-vous donc très chère, nous nous apprêtions à jouer aux cartes! »

Le Comte tira de nouveau une chaise à Victoire-Armande et jeta sa perruque sous la table, lançant un clin d'oeuil à ses comparses.

"Je raconterais cette histoire avec joie, à condition de ne pas importunez Madame..."

Geoffroy fit un signe au valet afin que celui-ci distribue les cartes au groupe. Il demanda aussi à un serviteur qu'on lui serve un bon verre de Whisky Ecossais à lui et à Malek et du champagne à ses dames.
S'adressant à Malek
"Comme ça vous pourrez voir la différence entre du Whisky Ecossais et du Whisky Anglais..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♕Ainsi sera grogne qui grogne
avatar


♕Entrée à Versailles : 11/11/2012
♕Manuscrits : 310
♕Localisation : Versailles

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mar 26 Fév - 17:37

Assise , Marie avait déjà beaucoup trop jouée , l’argent de sa caissette ! Pourtant, il était de si bonne heure ! Quand l’un des pages revint les bras déchargé à la porte de l’appartement , il avait un air de déception. La comtesse ne savait pas d'où il venait ni à quelle dame il avait affaire. Il était fou de le mettre dans un tel état. enfin il fallait se tenir en son rang et se montrer parfois injuste avec autrui. Ce n'était pas l'occupation favorite de la comtesse , mais elle savait se montrer ferme, ferme mais juste. Enfin quand elle connaissait depuis peu un servant, il était normal de ne pas lui accorder sa confiance, mais au bout de quelques semaines puis mois, il fallait le laisser comprendre que l'on ne répondait qu'à la demande du Rang mais que l'on savait ce qui était inadmissible ou non. Aussi elle aborda le page tout sourire. Elle l'avait probablement déjà croisé mais qu'importe elle lui demanda ce qu'il avait à être si pressé. Il lui répondit qu'il avait une mission pour une dame et qu'il voulait simplement la réussir pour son bien-être. Elle lui confia alors que sa mine semblait triste, honteuse, il eut simplement un signe de tête et s'en alla prétextant avoir d'autres gens à servir. Le laissant s'envoler d'un mot, elle eut un rire: c'était ainsi à Versailles, il ne fallait pas créer de liens avec ses servants. Même si cela était bien dommage, c'était aussi essentiel. Elle eut alors une immense pensée pour son ancienne dame de compagnie .

Sa servante, son amie, ce qu'elle pouvait lui manquer. Depuis ses quatorze ans, elle était sa confidente. Elle connaissait tout de sa vie, ses tourments, ses envies, ses colères, ses faiblesses, ses forces, son potentiel, son attachement aux autres, sa compréhension, sa naïveté, ses envies, son charisme, son impertinence, sa fragilité, sa vivoté d'esprit, son intelligence, ses passions. Oui c'était cela, elle la connaissait par cœur et l'inverse était vrai aussi, la comtesse connaissait les moindres traits de caractère, les moindres aventures du passé et du présent de la servante. Ce qu'il y a de plus mystérieux, c'est la façon dont laquelle, si différentes soient-elle, elles ont sut apprendre à s'aimer et à devenir aimes. Car il n'est pas facile de se confier à autrui quand on n'a jamais accordé sa confiance, Marie ,e regretta pas son geste. si seulement elle pouvait entendre son rire, voir son sourire, écouter sa douce voix. Les liens divins de l'amitié sont si dur et pourtant se cassent si facilement. Il fut drôle de penser à cela en voyant arriver une gourgandine revenant surement du lit de son époux qu'importe, Marie restait là pour elle. Même si elle devait se montrait maintenant dure et cela faisait du mal , . il fallait tout de même avouer qu'elle l'avait déçue, se laissant prendre dans les charmes de son époux. Cependant, il était bien connu , que peu de femme aiment les putains de celui de le seigneur lui a donné pour soit disant le restant de ses jours . Dés lors , à présent , en un regard , elle avait fait disparaitre sous une table la donzelle . C’est que Marie avait prit une sacré assurance ! Bien que son naturel ne fut pas ainsi , elle prenait du plaisir à voir les gens se baisser lors de son arrivée ou craindre ses propos . La seule chose dont elle n’était guère sur était sa relation avec le fameux duc suédois ah non il ne vaut mieux ne pas parler de sa .

A l’apparition d’autres membres de la famille royale , la comtesse plongea dans une elle révérence. il fallait dire que colère ou non, la grâce de Marie ne pouvait pas montrer les faux pas et autre petits problèmes lié au sentiments. C'était une qualité parmi tant de défaut chez elle. A vrai dire, l'élégance de la Duchesse avait déjà réussie à faire craquer un jeune homme, elle pouvait le faire à nouveau. Mais cet épisode resterait en suspens...enfin c'est ce qu'elle croyait.

Oui Madame aimait lorsque les regards se posaient sur elle et qu'un murmure d'admiration passait sur toutes les lèvres. Alors elle souriait, satisfaite.
Cela veille avait , était un jour "important" à Versailles: Monsieur le compositeur avait composé un tout nouveau ballet et la représentation avait lieu aujourd'hui même. Etant un membre de la famille royale, elle n'avait pas d'autre choix que de suivre le mouvement... Même si elle n'avait pas une envie débordante d'y assister. Oui, elle se sentait un brin lasse. Ces derniers temps, elle n'avait rien trouvé de divertissant à faire et raconter des ragots sur telle ou telle personne commençait à lui taper sur les nerfs. Pourtant, il fallait bien avouer que jusque là, elle se prêtait au jeu à merveille et qu'elle y prenait un malin plaisir. Serait-elle malade? Non, car la jeune demoiselle, n'avait cependant pas perdu son sourire et son entrain naturel. Mais elle avait du mal à voir une chose intéressante. Ce fut même sa dame de compagnie qui dûe la sortir de ses appartements, pour assister à cette représentation, sinon elle n'entendait personne et serait restée enfermé!

Voila pourquoi , elle avait décidé de s’amuser ce soir . Tournant de table en table , elle se dirigeait vers l’épinette pour jouer un petit air , quand seigneur , c’était bien Malek , qu’elle reconnu . Ne sachant que faire , elle décida de tourner le dos à l’homme qui devait avoir trouvé une meilleure compagnie que la sienne . D’ailleurs comment l’en blâmer ? Marie soufflait sans cesse le chaud puis le froid . Si au début , cela l’avait amusé , elle pensait que l’homme en avait largement assez . Elle allait donc s’éloigner quand par mégarde , c’était bien elle, la princesse se prit butta contre le pied d’un valet qui semblait amener au dit groupe , une boisson , qui ne sentait pas très bon selon elle d’ailleurs . Bref , la bouteille eu du mal à rester debout tout comme elle . Marie ne pouvait savoir si beaucoup avait vu sa mésaventure . Dés lors , rougissant , elle décida presque de courir de l’autre côté afin que personne ne pu savoir que c’était de sa faute
Personne ? Hormis le fait qu’elle avait fait tomber sa bourse ! Ce n’était pas grave , elle allait jouer avec l’argent des autres !

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Ven 1 Mar - 22:48

La soirée venait à peine de commencer et Rozalia la trouvait déjà très intéressante. Dans un sens, elle était heureuse de voir que Versailles tenait ses promesses et lui envoyait de vieilles rencontres qu'elle espérait sincèrement plus jamais revoir. Et dans un autre, elle craignait que le duc se mêle encore de ses affaires et se mette à fouiller un peu partout. Rozalia attirait volontairement l'attention sur elle. Oui, elle était égocentrique et égoïste, mais en ce qui concernait ses petites affaires, la jeune femme se montrait plus que discrète. Et voilà qu'un jeune homme tout aussi prétentieux qu'elle mettait en péril tous ses plans. Et la comtesse avait bien l'intention de ne pas se laisser faire. Elle décida donc de prendre un air affable et sympathique. Si elle devait découvrir un des points faibles de ce Malek, autant qu'elle le fasse avec le petit sourire qui creusait merveilleusement des fossettes sur ses joues poudrées de rose.

Le salon commençait à se remplir de courtisans et de nobles qui faisaient du coude pour trouver une place près de la table où jouaient leurs Majestés. Des petits chiens près à ramper à terre pour avoir le fameux no-nos qu'ils attendaient depuis un certain temps. Tous inspiraient de la pitié à Rozalia. Leur restait-il seulement un semblant de dignité ? Cela, la dame en doutait beaucoup. Comme elle doutait de la sincérité des propos que tenait le duc. Non, Rozalia était sûre et certaine qu'ils ne s'étaient en aucun cas rencontrés à une des fameuses soirées qu'organisait feu son mari. C'était en pleine nuit, derrière une porte, elle avait aperçu le regard noir et flamboyant du duc à la lueur d'une bougie et jamais elle n'aurait pu oublier ses yeux presque aussi sombres que les siens. Mais cela n'aurait pas été correct de raconter cela de but en blanc. Autant cacher la vérité derrière une vérité qui n'en était pas vraiment une.

«Je ne refuserai jamais de m'amuser un peu autour de cartes! Et je ne suis pas mauvais perdant puisque je ne perds tout simplement jamais, très chère »

Ils se dirigeaient alors vers une table de jeux où un valet les attendait. Ce n'est qu'une fois confortablement assise et ayant remercié son ami d'un joli sourire, qu'elle répondit au duc. Elle posa ses longs doigts fins sur la main de ce dernier et le regarde bien en face.

« Je n'en serais pas aussi sûr si j'étais à votre place, mon cher »

Ses paroles avaient un double sens bien prononcé que seul Malek pouvait comprendre. Geoffroy était bien trop occupé à accueillir une nouvelle arrivante. Ses grandes boucles noirs et sa peau blanche attirèrent la méfiance et la jalousie de Rozalia. La femme était bien évidemment de grande beauté et aimait, de toutes évidences, les entrées remarquées. Mais la hongroise ne comptait pas s'effacer devant cette française aussi de haute lignée soit-elle.

« Oui, votre perruque vous semble être particulièrement attachée ! Madame, je crois sincèrement que cette chose informe qu'on appelle perruque dans ce pays-ci, ai pris votre curiosité en défaut et s'en ai habillement servi pour vous conduire jusqu'à son propriétaire. Le comte se fera une joie de vous compter l'histoire de sa récente calvitie. »

La comtesse passa une main dans la « crinière » de Geoffroy qui n'était pas près d'avoir une quelconque calvitie, malgré son âge.

« Oh, mon ami, du champagne que c'est délicat … Mais je serais également ravie de goûter à ce whisky d’Écosse. Vous savez, je commence sérieusement à me lasser du champagne et un peu de rudesse ne me ferait ps de mal au palais.»

Rozalia claqua des doigts et s'apprêta à demander de changer sa coupe de champagne contre ce fameux whisky, lorsque une jeune femme brune se prit le pied dans le tapis et s'écroula sur le valet qui portait les boissons qui étaient destinées au petit groupe. La comtesse leva les yeux au ciel.

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Sam 2 Mar - 16:30

Victoire était fort amusée des regards surpris qui c'étaient tournés vers elle et quand elle croisa celui de son cher ami Suédois elle ne put cacher son sourire de ravissement et d'amusement. Comme cela la perruque appartenait à ce bel inconnu qui se trouvait à la table.

La jeune femme rit doucement aux paroles de Malek et le salua d'un gracieux mouvement de tête. Elle aimait toujours voir cet homme malgré ce qu'il lui avait fait subir auparavant, mais cela était du passé et elle profitait de chaque instant avec lui pour lui lancer des piques et des moqueries . L'inconnu avait maintenant un nom et elle avoua qu'il n'était pas désagréable à regarder bien au contraire.

La Princesse se doutait bien qu'ils s'apprêtaient à jouer aux cartes et elle était assez douée pour bluffer ses adversaires autant dans le jeu que dans la vraie vie. Ce fameux Geoffroy se mit à répondre que la calvitie était loin encore devant lui malgré qu'il paraissait plus âgé que les autres hommes qu'elle côtoyait normalement et elle se dit que cela était peut-être une bonne chose, car elle se lassait si vite des jeunes hommes certes fringuants , mais si peu expérimentés.

Victoire fut surprise qu'il prenne le temps de se lever et son regard sur elle la troubla le cours d'un instant seulement, car elle se reprit vivement en lui tendant sa main aux présentations.

Lorsqu'elle entendit son accent elle fut encore plus charmée qu'il ne soit pas une Français, mais le contact de ses lèvres sur sa peau la fit presque frémir .

La jeune femme enleva sa main et prit une gorgée pour masquer ce qu'elle ressentait. Elle répondit de sa douce voix tout en osant le confronter du regard:


Monsieur le Comte je suis très heureuse de faire votre rencontre. J'espère que vous appréciez l'ambiance de Versailles et de ses gens. Vous devez vous sentir bien loin de chez vous..

Mais quelle ne fut pas la surprise de la jeune Dame lorsque le Comte tira une chaise pour elle.

Victoire lui fit un doux sourire pour le remercier et s'installa de façon gracieuse et protocolaire. Geoffroy semblait ne pas vouloir l'importuner et elle répondit :


Mon cher sachez que vous avez devant vous l'une des femmes qui raffolent des histoires...de toutes sortes

La Princesse remercia lorsqu'on lui offrit encore un peu plus de Champagne elle qui sentait déjà l'effet des bulles s'amusait déjà beaucoup. Elle prit en main ses cartes et jeta qu'un regard furtif pour finalement redéposer ses yeux sur le Comte , car elle avait bien l'intention de le charmer.

Certes Victoire avait presque ignoré ouvertement la Dame qui se trouvait là aussi, car les femmes ne l'intéressaient pas. La pique que lui lança la jolie brune ne fit que faire rire la princesse qui répondit de façon agréable :


Madame je crois que rien n'arrive pour rien et je remercie donc cet incident de perruque de m'avoir mené à cette table , car je me retrouve en très bonne compagnie.

Victoire but un peu plus de champagne et fut surprise que la Dame se permette des gestes qui sortaient de l'étiquette en touchant les cheveux du pauvre comte qui devait ne pas aimer cela.

Décidément, ce soir elle avait une rivale à sa hauteur et elle respectait ce genre de femme qui jouait comme elle. Elles devraient bien s'amuser à se détester .

Tout à coup, elle entendit un bruit sourd et se retourna vivement et vit au sol une femme qu'elle ne reconnut pas sur le coup puis cacha son rire derrière son éventail en disant :


Décidément la Comtesse d'Artois a le don de se donner en spectacle et de ne pas savoir se tenir sur ses pieds. Quelle honte pour notre royauté . Je plains son époux de devoir supporter une femme aussi maladroite. Enfin, elle a la qualité de nous faire rire...

Victoire savait combien la Reine ne s'entendait pas avec Marie-Thérèse et même si cette dernière c'était dépêchée à se relever ils avaient tous eu le temps de la voir. À sa place, la jeune femme ne serait même pas restée .

Elle se tourna vers Malek et dit:


Dites-moi mon ami j'ai entendu une drôle de rumeur selon laquelle plusieurs vous aurez vu en compagnie de la Comtesse d'Artois j'ai du mal à y croire elle ne ressemble en rien à vos goûts habituels . Vous allez sans doute pouvoir nous dire si cette rumeur est fondée ou non ..

Victoire fit un sourire malicieux en prenant une autre gorgée de son verre qu'elle avait déjà presque terminé. Comme elle aimait taquiner son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Sam 2 Mar - 20:20

À la menace bien cachée que Rosalia lui fit lorsqu'il se vanta d'être un excellent joueur de cartes, Malek ne ressentit pas de la peur, de l'appréhension, ni même du doute. Non, ce qu'il ressentit était totalement à l'opposer : de l'amusement. Il sentait en effet que de découvrir les sombres secrets de cette femme allait être relever en aventure et en péripéties. S'il ne s'était pas trompé sur son compte, Rosalia semblait être le genre de personne qui aimait intriguer, mais surtout qu'on ne découvre pas le moindre de ses secrets. Alors, lorsque le regard du duc croisa celui de la comtesse lorsqu'elle dit ces paroles, un large sourire éclaira le visage du Suédois.

« Oh... Vous verrez bien! », fit-il, simplement, sachant que le sous-entendu serait comprit de Rozalia.

Puis, Geoffroy commanda de l'alcool pour tous les joyeuses personnes assises à la table et il lui proposa du whisky écossais.

« Quelle bonne idée, mon ami! Je demanderai ensuite du whisky anglais, pour être certain que le premier est meilleur, bien sûr! » dit le duc, toujours avec ce sourire contagieux qu'il arborait durant les festivités.

Malek s'apprêtait à bien profiter de sa soirée, ainsi entouré. Après tout, qu'est-ce qui pouvait bien la gâcher? Le duc se sentait dans une humeur joyeuse que rien ne pourrait altérer. La preuve, c'est que l'idée de fouiller dangereusement dans les affaires de l'Hongroise ne faisait que renforcer sa bonne humeur au lieu de le rendre craintif. Remarquez que dans n'importe quelles circonstances il n'aurait pas eu peur de Rozalia, bien au contraire, mais il ne se serait peut-être pas promis de fomenter un plan parfait pour découvrir son secret...

Cependant, alors qu'un des serviteurs allait leur apporter leurs breuvages, une jeune femme se prit les pieds dans le tapis et tomba de tout son long sur le sol. Cela fût remarquer par la table qui allait recevoir ces breuvages, évidemment et le regard de Malek se porta sur le jeune femme qui venait de s'écrouler. Il était déjà à moitié levé de sa chaise pour porter secours à cette jeune femme lorsqu'il remarqua que c'était en fait sa chère Marie-Thérèse. Ainsi, elle était bien dans la pièce... Et elle l'avait évité. Les amis de Malek et lui-même avait fait assez de bruit et d'éclats de voix pour que cela soit impossible qu'elle ne les ai pas vu.

-  « Décidément la Comtesse d'Artois a le don de se donner en spectacle et de ne pas savoir se tenir sur ses pieds. Quelle honte pour notre royauté . Je plains son époux de devoir supporter une femme aussi maladroite. Enfin, elle a la qualité de nous faire rire... », dit alors Victoire en souriant.

Dans d'autres circonstances, Malek aurait assurément rabrouer Victoire pour les paroles qu'elle venait de dire. Il aurait probablement créer un malaise autour de la table, mais au moins il aurait sauver l'honneur de Marie. Cependant, le duc était toujours à regarder la comtesse d'Artois qui s'était maintenant relevée. Pourquoi l'évitait-elle? Peut-être s'était-il montré trop entreprenant avec elle et qu'elle avait maintenant peur de le rencontrer... Les sentiments que Malek ressentait pour Marie étaient très forts, même qu'il doutait s'ils pouvaient être plus forts qu'ils ne l'étaient déjà, mais ce qui lui faisait le plus peur était de perdre sa chère comtesse comme amie si elle ne ressentait pas la même chose pour lui. Et il semblait que c'était ce qui se produisait en ce moment. Le duc se sentait comme si on venait de planter un poignard dans son cœur. (bon d'accord, il est un peu susceptible ^^)

« Dites-moi mon ami j'ai entendu une drôle de rumeur selon laquelle plusieurs vous aurez vu en compagnie de la Comtesse d'Artois j'ai du mal à y croire elle ne ressemble en rien à vos goûts habituels . Vous allez sans doute pouvoir nous dire si cette rumeur est fondée ou non .. »

Ces mots s'adressait évidemment au Suédois et Malek tourna son regard vers Victoire. Se justifier ou tenter de masquer la vérité était ce qui lui tentait le moins en ce moment. Le Suédois se leva alors de table, non sans avoir pris le verre de whisky qu'était finalement venu porter le serviteur, et dit :
«  Je crois que je vais vous laisser une chance de gagner, madame de Bathory, et je vais vous laisser en compagnie de ces gens. Je vais vous quitter pour aller voir si je n'ai pas d'autres connaissances que j'ai eu la maladresse d'oublier de saluer... »

Le ton qu'il avait employé pour dire la dernière phrase était presque amer, mais c'est tout de même avec un sourire qu'il quitta ses amis. Sourire qui s'éteignit dès qu'il quitta la table. Il se rendit alors à une table un peu plus retranché du salon, là où il était à peu près certain de se faire oublier. Il finit son verre de whisky, qui était bien meilleur que le whisky anglais, et en demanda tout de suite un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 23/02/2013
♕Manuscrits : 22
Age : 20

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 4 Mar - 8:59

Geoffroy se sentait parfaitement entouré. Un ami avec lequel il ne risquait pas de s'ennuyait, et deux femmes tout simplement sublimes... Que pouvais t-on rêver de mieux ?
La perspective de cette fête réjouissait tout simplement le Comte.
Il s'apprêtait à conter son histoire à la princesse quand les deux dames présente à la table échangèrent des mots plutôt froid... Ce n'était pas un malaise qui c'était installé à la table, mais une de ses jalousies typiquement féminine qui se jouait à qui serait la plus maligne des deux...
Rozalia passa une main dans les cheveux de Geoffroy, se geste peut-être pour amplifier la jalousie de leur nouvelle compagne... Cependant le Comte savait que c'était complétement désinteressé l'amitié ne faisant que les unir. Mais cela pouvait prêter à confusion et Geoffroy comptait bien s'en servir...


« Oh, mon ami, du champagne que c'est délicat … Mais je serais également ravie de goûter à ce whisky d’Écosse. Vous savez, je commence sérieusement à me lasser du champagne et un peu de rudesse ne me ferait pas de mal au palais.»

Un bruit se fit entendre... Une jeune femme qui n'était autre que Marie-Thérèse de Savoie qui avait chuter près du valet qui apportaient les dits verre de whisky.
Geoffroy fut pris d'un élan de compassion, mais le jeune femme se releva in extremis et tenta de rejoindre discrètement un coin de la pièce où elle pourrait probablement se faire oublier...

Victoire se moqua de la jeune femme ainsi que de Malek... Qui se saisit du verre de whisky qu'on lui tendait et partis tout sourire rejoindre une autre table.
La perte de son ami le désola certainement, mais il ne pouvait laisser ses jeunes dames seules. Et le Suédois devait chercher une certaine tranquillité en s'éloignant ainsi...
Il regarde tour à tour Rozalia et Victoire :


-Méfiez vous madame. Cette boisson est beaucoup plus puissante que ses vins français... Quand à vous Victoire, Je pense que vous avez toucher un point sensible de notre cher Duc...


Le Comte d'Abercorn agrémenta cette réponse d'un sourire charmeur. Se demandant de combien sa bourse serait réduite en cette soirée mais aussi ce qu'il pourrait gagner en échange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♕Ainsi sera grogne qui grogne
avatar


♕Entrée à Versailles : 11/11/2012
♕Manuscrits : 310
♕Localisation : Versailles

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 4 Mar - 14:31

Le champagne commençait doucement à monter à la tête , de notre chère comtesse. Celle-ci riait sans savoir , si ce n’était que pour cacher ses faiblesses ou alors pour donner les changes aux yeux de tous . Les mondanités l’ennuyaient en effet ce soir , quoiqu’elle eu envie de partir à paris . Peut être que non , non il ne valait mieux ne pas penser à sa . En fait , c’est avec toute cette étiquette que lui apparu une chose flagrante : elle s’ennuyait tous les jours à faire les mêmes choses . Assez pieuse , elle appréciait allez faire l’aumône à la place d’une souveraine stérile et inféconde dont le sang autrichien , enchainez la France à Vienne . Quel nouveau scandale , n’y aurait t’il pas aujourd’hui ? Beaucoup déjà murmurai sur le fait que le roi passait trop de temps dans son atelier , quand ce n’était pas à la chasse . D’ailleurs , cela ne gênait guère Marie qui avait toujours aimé monter à cheval ; Qui plus est déjà mère d’un garçon , elle n’avait pas à craindre les fausses couches .



De loin , elle vit son ami , le duc s’éloignait de son groupe , qui contenait la princesse de Rohan . Cousine éloigné , cette dernière , frustrée peut être , ne faisait que médire à son sujet . Il est vrai que de part sa naissance , elle eu pu espérer un meilleur hymen mais que voulez vous ? Les voix du seigneur sont impénétrable .Tel devait être son destin . D’autant plus , qu’elle ne devait guère pouvoir aider la souveraine en matière matrimoniale puisqu’il existait une réel mésentente entre cette « dame » et son époux .
Ainsi , donc Malek s’éloignait ? Peut être étais ce pour elle , le moment de le rejoindre ah l’amour ? C ela était vrai, quand un homme aime, il s'avère qu'il se donne entièrement à celle qu'il adore. il ne peut voir les autres femmes et ne se laisser charmer que par celle que son cœur désigne. Qu'il soit homme ou non, ses impulsions ne vont que vers une femme. Cette dernière n'a alors pas besoin de douter, elle doit pouvoir avoir confiance. S'il la trompe, c'est qu'il ne l'aime pas entièrement, qu'il cherche des attraits différent de ceux qu'elle a, des attraits qui l'enivre d'une façon différente. Un vrai amante doit savoir manipuler l'homme pour l'attirer dans son lit, et pour le garder. Elle doit alors se montrer imaginative et intelligente, faire des choses qui le surprenne, qui déraillent de son caractère habituel, qu'aucune autre ne penserait à faire. Il faut juste n'avoir aucune limite et c'est bien ce qui cause du tort à de nombreuses épouses: elles laissent la peur les envahir, la peur d'être ridicule et par conséquent de ne plaire à leur partenaire. Si vraiment elles étaient ridicules, ils se refuseraient à elles, or ce n'est pas le cas.
-Il est vrai que l’opéra d’hier était divin !

Marie tourna le visage pour regarder son interlocuteur .La comtesse se souvint de cet opéra. Elle y avait assisté mais n'avait pas tardé après, à vrai dire, elle avait eut envie de ne pas trop s'attarder. Elle était alors rentrée dans ses appartements discrètement et avait rejoint son lit pour lire un peu. Depuis qu'elle avait rejoint Versailles, elle revisitait les anciennes lectures qu'elle avait faites durant son enfance. Elle se souvenait agréablement des cour qu'elle avait reçue, des nombreux moment où elle perfectionnait son écriture. Il fallait dire qu'elle écrivait très bien, à force de s'être entrainer. Elle avait toujours aimé: elle se mettait seule dans son bureau, le calme la faisait se concentrer, et pendant deux heures elle écrivait inlassable. c'est surement ainsi qu'elle développa son plaisir à écrire des lettres à ses frères, puis quand elle se maria à ses sœurs et ses parents, puis à des amis qui n'était que rarement en visite. Et ici, à la Cour, elle savait qu'elle continuerais à écrire des lettres, car elle aimait cela et montrait alors qu'elle avait une pensées pour ces personnes lointaines.

Souriante , elle s’excusa de devoir quitter cette table pour aller donc retrouver le suédois , qu’importe les médisances . Droite comme un i , elle avait apprit à marcher comme on le devait . Sur de sa personne , les mains légèrement posé l’une sur l’autre , elle s’approcha . Croisant le regard de la rohan , elle ne baissa pas les yeux puisqu’elle était d’un plus haut rang que le sien . Continuant son chemin , elle parvint enfin à son but. Soulevant les bas de ses jupes afin de s’assoir , elle demanda un verre de vin . Installée , elle posa sur la table son éventail , en saluant tous ceux réunis pour jouer de la crapette .Deux trois mondanités plus tard , elle donna une légère tape dans le dos de Malek . Elle se moquait bien de se que l’on dirait . Puis , Marie ne fessait rien de mal non ?Riant à cette idée , elle engagea la conversation

« Vous croyez que je ne vous trouverez pas ce soir mon ami ? Voyez vous j’ai tenter un temps de me cacher mais je ne peux décidément pas ne pas succomber à l’envie de vous rejoindre
«

Il ne devait pas la rejeter , d’ailleurs , il ne le ferait pas hein ? Croisant , les doigts , elle attendait une réponse positive , le sourire au lèvres , comme d’habitude ….

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mar 5 Mar - 10:17

En cette soirée, Rozalia avait toutes les cartes en main. Chanceuse comme à son habitude, elle ne pouvait que gagner avec les paires qu'elle possédait à la table. Deux hommes pour lui tenir compagnie et une femme, presque aussi belle qu'elle, pour la divertir par la concurrence. La fête organisée par Sa Majesté la reine allait se montrer très intéressante pas bien des aspects. Et la jeune femme ne pouvait que s'incliner devant l'ambiance qui régnait dans le salon. La luxure et le désir sentait à plein nez. Et les nobles français se donnait à coeur joie dans la perte de leur argent. Rozalia quant à elle, s'en contrefichait légèrement de perdre tout son petit pécule. Après tout, elle était la fille de la famille la plus riche de Hongrie et elle était leur unique héritière, vu que son frère était mort. La vie l'avait décidément doté de tous les atouts dont une femme pouvait rêver. La richesse, la beauté et l'intelligence.

« Madame je crois que rien n'arrive pour rien et je remercie donc cet incident de perruque de m'avoir mené à cette table , car je me retrouve en très bonne compagnie.
- En effet nous ne pouviez pas mieux tomber. Rozalia Bathory, Madame. Enchantée. »

Elle offrit un sourire hypocrite à la princesse. Elle adorait voir ce que les autres étaient en pouvoir de faire pour la conquérir ou la combattre. Rozalia regarda bien en face cette Victoire qui par son rang se croyait tout permis. Et elle se mettait le doigt dans l'oeil ! Car elle avait beau séduire de charmants jeunes hommes, l' Hongroise voyait bien qu'elle n'était pas assez vicieuse pour accomplir de plus sombres desseins. La partie était donc gagnée d'avance. Et qu'elle ne fut pas la surprise de la jeune femme en voyant que la dame qui s'était ratatinée par terre comme la pire des idiotes, n'était autre que la comtesse d'Artois. Istenem! Comment une dame de son rang pouvait-elle être si maladroite ? Rozalia leva les yeux au ciel. Elle qui pensait avoir réussis à influencer la comtesse pour qu'elle se montre plus ... machiavélique ? Bah, sur ce coup-là, s'était raté.

« Décidément la Comtesse d'Artois a le don de se donner en spectacle et de ne pas savoir se tenir sur ses pieds. Quelle honte pour notre royauté . Je plains son époux de devoir supporter une femme aussi maladroite. Enfin, elle a la qualité de nous faire rire...

- Et je vous plains vous, madame, de ne pas pouvoir assumer votre descendance. Car malgré le fait que la comtesse soit des plus maladroites, elle a déjà donné un héritier à la couronne de France. »

Rozalia riait intérieurement. Elle aimait frapper où cela faisait mal et elle avait mis dans le mille. Tout de monde médisait sur la duchesse de Rohan et sur le fait qu'elle n'était toujours pas en couches. Mais avec un mari comme le sien, elle ne pouvait compter que sur un amant, se dit la comtesse. En effet, de son côté, Rozalia avait eu la chance, ou le malheur, de tomber sur un mari qui lui rendait visite chaque soir. Et finalement, elle avait donné naissance à un garçon. Mais elle seule savait que le garçonnet n'était pas de son défunt époux, mais d'un soit-disant Mocenigo. La comtesse en avait des frissons, rien qu'en y repensant. Átkozott legyen! Elle le détestait de toute son âme.

« Je crois que je vais vous laisser une chance de gagner, madame de Bathory, et je vais vous laisser en compagnie de ces gens. Je vais vous quitter pour aller voir si je n'ai pas d'autres connaissances que j'ai eu la maladresse d'oublier de saluer... »

Rozalia était tellement perdue dans ses pensées, qu'elle n'avait pas fait attention au départ de Malek. Elle approuva d'un signe de tête et se dit qu'elle avait peut-être gagné la bataille, mais pas la guerre.


-Méfiez vous madame. Cette boisson est beaucoup plus puissante que ses vins français... Quand à vous Victoire, Je pense que vous avez toucher un point sensible de notre cher Duc...

La Bathory se mit à rire, les lèvres pincées comme il convenait de la faire. Bien que parfois, elle ne faisait pas attention et laissé ses lèvres découvrir ses dents. Elle lança un regard plein de Malice à Geoffroy. Ce n'est pas un whisky qui allait lui faire peur. Loin de là !

« Voyons mon cher ! Je vous rappelle que je ne suis point française ! Et puis j'ai déjà connu pire qu'un whisky, je vous l'assure ! »

Sur ses mots, elle bu une gorgée de cette fameuse boisson et elle sentit sa gorge brûler. Mais cela lui fit du bien. Dans quelques verres, elle deviendra soul et pourra oublier tous ses soucis.


♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mer 6 Mar - 18:02

Malek regardait le liquide dans son verre tourné, perdu dans ses pensées déprimantes, lorsqu'il sentit une légère tape dans son dos. Le Suédois tourna le regard vers la propriétaire de la main qui avait fait ce geste et il vit Marie.

« Vous croyez que je ne vous trouverez pas ce soir mon ami ? Voyez vous j’ai tenter un temps de me cacher mais je ne peux décidément pas ne pas succomber à l’envie de vous rejoindre », dit la comtesse.

Un sourire apparu tout de suite sur le visage du duc. Ainsi, il s'était trompé? Il s'était fait des idées beaucoup trop rapidement... Mais il est vrai qu'en voyant que Marie était dans la pièce et qu'elle n'était même pas venue le saluer, il avait tout de suite pensé qu'elle ne voulait peut-être pas le voir. Après tout, Malek l'avait tout de suite cherché du regard, sans la voir bien sûr, mais c'était l'intention qui comptait, non?

Vous vous direz sans doute que notre cher duc avait fait sa petite crise un peu trop vite, sans vraiment avoir de raisons de la faire et que son caractère n'allait pas en s'améliorant avec les années. Cependant, il faut savoir que Malek n'avait jamais été vraiment amoureux. Des petites amourettes, certes, mais jamais aussi fort. Ce qu'il ressentait pour Marie le chamboulait, le tourmentait, l'empêchait de dormir, car il ne cessait de penser à cette femme. Il avait toujours été l'homme que les femmes voulaient avoir dans leur lit et c'est souvent à cet endroit d'ailleurs, qu'il y finissait. Il n'était donc pas habitué de ressentir des sentiments aussi forts pour une personne qui était supposée n'être que son amie.

C'est donc pour cette raison que le Suédois était partie aussi rapidement. S'en était trop pour lui de savoir que Marie avait été dans la pièce sans venir le voir. Même si pour d'autres personnes saines d'esprit cela ne voulait absolument rien dire, Malek s'était tout de suite imaginé le pire : Marie avait besoin d'air et ne voulait pas le voir cette soirée-là. Il est vrai que le duc passait beaucoup de temps dans les appartements de la comtesse, mais il s'était toujours dit que c'était avec plaisir que celle-ci l’accueillait. Cependant, avec ces sentiments naissants, Malek commençait à se demander si Marie ne savait juste pas comment lui dire de partir.

Cependant, ces idées volèrent en nuages bien au-dessus de la tête du Suédois lorsque son regard croisa celui de Marie.

« Vous avez tenté de vous cacher de moi? Mais, très chère, je crois qu'avec le temps votre mari s'est habitué à ma présence autour de vous, non? Vous n'avez donc pas besoin de me fuir! Mais vous me voyez très heureux de savoir que vous ne pouvez vous tenir très longtemps éloigné de moi! Cela flatte certainement mon immense ego! », fit Malek, avec un sourire taquin.

Le Suédois termina son verre de whisky sans vraiment y penser, puis continua, l'oeil malicieux : « Mais dites-moi, Marie, vous avez tenté de m'enseigner depuis que je suis à Versailles qu'il faut toujours avoir une démarche calculée et tenter de ne pas faire trop de remous dans une pièce. N'est-ce pas exactement le contraire que vous avez fait là? Pardonnez-moi de ne point être venu à votre rescousse tout à l'heure, mais c'est que je riais beaucoup trop pour pouvoir faire le moindre geste! »

Malek posa sa main sur celle de Marie en un geste qui parraissait tout à fait innocent, mais il apprécia tout de même le contact de sa peau avec celle de la comtesse : « Vous ne m'en voulez pas, j'espère? Je crains que vous ayez encore beaucoup de travail à faire avant de me rendre tout à fait convenable pour la Cour de Versailles! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Lun 11 Mar - 17:31

Victoire qui venait de taquiner à propos de la Comtesse fut bien surprise de voir Malek partir presque en courant. Hum quelque chose se cachait sous tout cela elle allait avoir le coeur net et mener sa petite enquête.

Jouant aux cartes , cette satanée Comtesse de Bathory vint toucher une corde très sensible qui était son incapacité à donner un enfant à son époux.

La Duchesse encaissa très mal cette réplique cinglante et méchante. Comment osait-elle s'en prendre ainsi à une Princesse ? Elle tourna son regard vers Rozalia et la fixa et dit d'un ton sec:


Cela Madame vous le regretterez amèrement de vous en être prise ainsi à moi...

Normalement, la Princesse contrôlait ses émotions en toute occasion , mais la mesquine femme avait touché juste et cela allait sans doute la ravir. Certes elle ne voulait pas quitter la table, car si elle le faisait cela ne ferait que trop plaisir à la comtesse et elle risquait de perdre l'intérêt de ce bel étranger.

En même temps, si elle restait là elle savait qu'elle passerait une bien désagréable soirée . La jeune femme déposa ses cartes sur la table et dit en regardant Geoffroy :


Veuillez m'excuser de mon impolitesse Monsieur, mais je crois que je vais vous laisser mes cartes à cette table ne sont pas très chanceuses et la compagnie de certaines personnes m'est plutôt désagréable.

J'espère vous recroisez dans la soirée. Je vais donc vous laisser en compagnie de la Comtesse. Merci pour cette partie ce fut un plaisir de vous rencontrer...


Victoire se le va prenant sa bourse et son éventail. Et inclina légèrement la tête vers l'Homme et ignora royalement la Comtesse et partie sans autres mots et se demandant où aller. Elle se souvint qu'elle voulait mener son enquête à propos du Suédois et de la maladroite.

La jeune femme regarda autour d'elle et trouva justement les deux personnes qu'elle cherchait. Elle s'avança vers eux et fit les signes de politesse de mise et remit son doux sourire. Victoire dit :


Votre Altesse, Monsieur je suis heureuse de vous voir. J'espère que je ne dérange pas en fait je reviens d'une table assez malchanceuse et désagréable.

Au fait Madame la Comtesse vous avez fait une entrée fort remarquée j'en suis impressionnée moi-même je n'aurai pas pensé à me mettre ainsi à la vue de tous il vous a fallu du courage.


Victoire fit son plus beau sourire et s'amusait fort bien de la prochaine r.action de la Comtesse. Elle continua en disant:

Vous êtes très gentille de tenir compagnie à notre très cher Duc qui le pauvre a du mal à souffrir de rester sans compagnie féminine près de lui. Je crois que vous l'avez sauvé, mais je vais venir en renfort, car il serait très mal vu par la couronne de vous voir seule avec un homme célibataire n'est-ce pas ?

Victoire s'amusait encore plus et savait que la Comtesse ne tiendrait pas très longtemps. Elle espérait ainsi pouvoir s'en débarrasser et garder l'attention de Malek et comprendre ce qui se tramait entre les deux.

Elle but doucement une gorgée jetant un petite regard vers son ami se demandant ce qu'il en pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♕Ainsi sera grogne qui grogne
avatar


♕Entrée à Versailles : 11/11/2012
♕Manuscrits : 310
♕Localisation : Versailles

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mar 12 Mar - 22:37

Marie Thérèse sortit délicatement son éventail en plume blanche . Quelle chaleur dans ce salon versaillais . Le champagne l’a rendait déjà pompette . Toutefois , elle avait toujours aimé jouer . La crapette avait commencé à une autre table mais elle trouvée que la soirée prenait un tour assez intéressant . Sans se cacher, elle fusillait du regard la princesse de Rohan , qui ne manquait pas une occasion de se moquer d’elle . Cette haine était connue de tous à la cour .Que voulez vous ! Dés lors , il fallait compter sur la répartie de la comtesse , qui ne se laissait guère faire .

Quoique ses joutes verbales n étaient pas encore aussi célèbre que celle de la plus connuee des hongroises de France , c'est-à-dire Rozàlia Bàthory . Celle-ci venait de l’user puisque Marie puis se délecter du départ fort précipité de notre chère Rohan .A la vue de ce spectacle , elle ne pu que rire telle une enfant . Ce n’était pas méchant , mais lorsque ne la respectait guère , disons que l’italienne sortait les crocs . Ah , la cour pouvait se montré mauvaise non ?

Pour la plupart des courtisans , ce spectacle était l’un des plus délectable , que l’on pouvait voir . Toutefois , il ne fallait pas s’imaginer des crêpages de chignon en public . Oh non , tous cela était beaucoup plus hum comment dire vicieux , fait de coup bas .

Néanmoins , ce n’était pas cela qui la préoccupé .Si , elle avait fait usage du fameux éventail , c’était plutôt en guise de paravent . En effet , elle ne souhaitait pas que le duc suédois eu pu apercevoir la couleur qui était venue au joue de la jeune femme . C’est que sa présence le dérangeait mais dans un sens positif . De plus , c’était elle qui lui avait couru après -chose rare- .
Enfin , que voulez vous , elle ne pouvait se passer de sa présence . Cependant , il n’était pas venu la voir depuis , quelques jours , ce qui provoqua chez elle une vive inquiétude. Peut être que cela , allait trop vite , qu’elle lui avait fait peur avec ses sentiments à moins que son époux grâce à ses sbires avait découvert .
Peu importe , elle fallait qu’elle soit proche de lui . Ainsi ,quand il lui répondit , elle pu soupirer de soulagement en battant des cils

« Vous avez tenté de vous cacher de moi? Mais, très chère, je crois qu'avec le temps votre mari s'est habitué à ma présence autour de vous, non? Vous n'avez donc pas besoin de me fuir! Mais vous me voyez très heureux de savoir que vous ne pouvez vous tenir très longtemps éloigné de moi! Cela flatte certainement mon immense ego! »,


Elle lui sourit immédiatement en se mordillant légèrement la lèvre

b]« Je crois que nous ne lui avons guère laissé le choix mon ami »[/b] dit t’elle tout en se rapprochant de lui bien que cela ne pu être vu du moins ressentis . Toussotant légèrement , elle cherchait ses mots .
« Quel narcissique vous faites ! « ajouta t’elle en tapotant sur son bras
« Mais sachez que jamais je ne chercherais à vous fuir , je croyais que c’était plutôt l’inverse « marquant une pause , elle murmura »Je me sentirai comme Icare qui a voulez trop près du soleil »

Voila c’était dit , fait , elle se sentit donc immédiatement soulagé. Se calmant , elle plia pour poser le dit éventail sur la table .Elle se penchait discrètement pour regarder les cartes de Malek puis gloussa telle une enfant pris la main dans le pot de confiture . Que jouer ? Peut être un roi de cœur ?
« Mais dites-moi, Marie, vous avez tenté de m'enseigner depuis que je suis à Versailles qu'il faut toujours avoir une démarche calculée et tenter de ne pas faire trop de remous dans une pièce. N'est-ce pas exactement le contraire que vous avez fait là? Pardonnez-moi de ne point être venu à votre rescousse tout à l'heure, mais c'est que je riais beaucoup trop pour pouvoir faire le moindre geste! »


Elle blanchit instantanément . Peut être que cela l’avait blessé dans son orgueil . Lui qui pouvait avoir toute les femmes d’ici avait choisit dernièrement la plus maladroite , cruche d’entre elles . Mais non Mais non Marie , il riait bien sure , c’était une remarque tous à fait drôle . Elle réussit à se calmer .

« Comme sa vous avez pu me remarquer mon cher .. mais je note que votre réputation de chevalier servant en a prit un coup je dois dire
«Joueuse , elle chuchota
« Puis vous savez bien que je n’aime guère me fondre dans la masse «

Elle sursauta au contact de ce peau à peau . Délicatement , elle déplia ses doigts sur la main de Malek . Un frisson la parcouru . Enhardie , elle n’hésita pas à poser son autre main sur la cuisse de l’homme sans que les autres pu le voir . D’ailleurs , elle continuait de faire la conversation . En riant , elle discuta de théâtre , d’opéra en regardant
« Vous ne m'en voulez pas, j'espère? Je crains que vous ayez encore beaucoup de travail à faire avant de me rendre tout à fait convenable pour la Cour de Versailles! »


La timidité était un vilain défaut , voila pourquoi elle le chassa
« Cela nous donnera donc l’occasion de nous revoir » [b]Elle ôta sa main afin de ne pas paraitre stupide puis ce sentit gênait comme pouvez l’être une enfant de 15 ans devant son premier amour . Les yeux brillant , elle le regarda . Repassant ses cheveux , la princesse perdit de l’argent au tour suivant . Alala qu’importe ! Pour une fois , Marie était prête à toute les folies.


Ainsi , elle allait lui proposer de se retirer en sa compagnie pour continuer cette charmante soirée . C’est d’ailleurs après l’une de ses soirées d’appartements qu’avait débuté leurs amours si l’on peut dire . Elle pensait donc réaliser de nouveau cela quand , pour son plus grand plaisir-cela est ironique-la Rohan arriva à leurs tables . Il en était terminé dés lors , du badinage qu’elle venait d’entreprendre juste avant . Bon , elle baissa les paupières , prêtes à se défendre .

Votre Altesse, Monsieur je suis heureuse de vous voir. J'espère que je ne dérange pas en fait je reviens d'une table assez malchanceuse et désagréable.




Elle nota que la révérence fut omis . Cependant , elle n’en dit rien . Mieux valait ne pas attaquer la première . Prudente , elle lui fit son plus beau sourire hypocrite
[b]« Oh venez très chère cousine , j’espère simplement que vous n’amenez pas avec nous cette fameuse « malchance »

Riant , elle but une nouvelle gorgée afin de se mettre en confiance . Se saisissant du ver du Suédois , elle le sentit et l’éloigna immédiatement . Une moue naquit sur son visage en raison de l’odeur si forte de l’alcool . Pouah eu était la meilleure expression d’aurait pu sortir de sa bouche.
Au fait Madame la Comtesse vous avez fait une entrée fort remarquée j'en suis impressionnée moi-même je n'aurai pas pensé à me mettre ainsi à la vue de tous il vous a fallu du courage



Marie grinça des dents . Ah la gourgandine voulait la guerre , alors , elle l’aura . Se retourna , elle lui adressa ses quelques mots
« C’est que vous manquez d’originalité à force d’être transparente « Se taisant fit tourner doucement son ver autour de sa flute
« Et puis de cette sorte tous savent que je suis ici et par conséquent , comme le répète si bien le respect qu'ils me doivent »
. Assez heureuse de sa réplique , elle se concentra de nouveau sur Malek . Oh cette vipère allait t’elle donc partir ? Mangeant un macaron , la comtesse maudit cette hypocrisie Versailles . Elle eu tant envie de lui arracher les cheveux . Non fille de monarque elle était , dame de haut rang , elle restera . Marie ne riait pas trop fort pour cacher son mal aise comme avant . Naturel devait être son mot d’ordre .

Vous êtes très gentille de tenir compagnie à notre très cher Duc qui le pauvre a du mal à souffrir de rester sans compagnie féminine près de lui. Je crois que vous l'avez sauvé, mais je vais venir en renfort, car il serait très mal vu par la couronne de vous voir seule avec un homme célibataire n'est-ce pas ?

«Je crois qu’il est encore plus triste pour la France que les dames d’honneurs qui encourent notre souveraine aient un comportement si léger voir volage « lacha t’elle de manière froide . Non mais pour qui elle se prenait .Regardant Malek , elle sourit
« En effet j’ai déjà vu que mon protégé à un certain impact sur les femmes .. D’ailleurs ne vous a-t-on pas déjà vu avec tout à l’heure . Quant à ma réputation , je vous suis gré de vous en souciez … mais celle ci est aussi pure qu’un agneau blanc . «
Souriante , elle décida de laisser cette idiote cracher son venin derrière son dos puisque elle n’avait pas le courage de l’affronter maintenant . Elle aurait pu répondre que son fils représentait la meilleure garantie mais se tut .Doucement , elle se leva avec grâce .

« Je vous laisse ,afin d’aller saluer le reste de la cour « Elle n’avait pas besoin de se justifier . Sans monarques , mère de l’héritier , elle avait le premier rôle ce soir . Elle fit en sorte de glisser un mot dans la main de Malek , avec comme inscription A plus tard rejoignez moi . Elle fit remonter sa fameuse main , la laissant traîner légèrement

Souriant , elle laissait là , la cour et ses mauvais comportements . Ce monde , cette prison dorée la dégoutait .Son regard surpris celui déjà évoquer de Rozie comme elle la nommait . Cette femme était devenu très importante dans la vie de Marie . Elle ne pouvait se défaire de son influence , nuisible parfois . De loin , elle surveillera Malek avec elle et cet écossais qu’elle appréciait

« Bonsoir mes amis « dit t’elle en inclinant la tête « Je viens vers vous chercher un asile contre la bassesse d’esprit de gens pourtant bien né . Cependant , je ne souhaite pas gâcher cette soirée , alors jouons » chanta t’elle d’un air cristallin .La tête accompagnée par la musique , lui faisait tourner la tête . Ah Marie allait s'amuser !

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 12/11/2012
♕Manuscrits : 235

MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF} Mer 20 Mar - 18:54

Rozalia riait, elle riait intérieurement, mais elle riait. Comment la duchesse de Rohan pouvait croire que la Bathory n'aurait pas touché sa corde sensible. Elle aimait faire du mal aux gens, c'était son lot quotidien, et ce n'est pas le rang de la duchesse qui allait lui faire peur. Après tout, elle n'était peut-être pas princesse comme cette dernière, mais elle faisait partie d'une des familles les plus puissantes de Hongrie. Et ses prédécesseurs n'étaient pas connus pour être des tendres avec leurs ennemis. Rozalia répondit donc à la menace de Victoire avec un sourire provocateur. Qu'elle le lui fasse regretter, la comtesse lui rendrait le double. Elle était très douée au jeu de la surenchère. Et n'avait peur de rien, ou de peu de choses. Tout ce qu'elle appréciait, elle l'avait déjà perdu. Sauf Geoffroy. Il était son seul soutien et son seul ami. En vérité, il était le seul ami qu'elle avait voulu. Pourquoi, on ne le savait guère. Mais le fait qu'ils soient des étrangers devait sûrement aider.

Le sourire de Rozalia s'agrandit encore plus lorsque Victoire posa ses cartes sur la table d'un air excédé. La comtesse avait bien évidemment remporté une bataille. Comme d'habitude, pensa-t-elle avec la modestie dont elle faisait preuve chaque jour. Mais elle se sentie tout de même gêner pour son compagnon Ecossais. Elle le privait sans vergogne d'une compagnie féminine et Rozalia se sentit quelque peu gênée. Mais s'excuser envers la princesse aurait été une vraie torture. Alors que faire ? La hongroise préféra faire taire sa partie sympathique et ignora donc le sentiment de culpabilité qui l'envahissait en cet instant. Rozalia n'était pas faite pour la compassion, un point c'est tout. Et ce depuis sa naissance. C'était encré en elle, comme un vers sur une feuille de papier. Et rien ne pourrait venir l’effacer mis-à-part le temps, qui est connu pour son don d'oublie.

« Eh bien, mon ami, je suis désolé de faire fuir toutes les dames qui vous approchent, mais vous savez que je n'ai pas ma langue dans a bouche. Je vous supplie donc de ne pas m'en vouloir. Je me rattraperais, promis » dit-elle en faisant un clin d'oeil à Geoffroy. Elle lui tint la main quelques instants avant de la relâcher et de revenir au jeu. Malheureusement pour la comtesse, elle venait de perdre 5 000 écus et elle décida donc d'être plus prudente la prochaine fois. Qui sait, elle aurait peut-être besoin d'une nouvelle robe. En effet, Rozalia était très coquette et ne portait jamais deux fois la même robe. Sa servante en était donc heureuse, puisqu'elle pouvait garder les attifements de sa maîtresse ou les vendre. En ce jour la Hongroise porter une robe simple, mais très jolie, blanche, rebrodée de fils d'argent. De la dentelle dépassée joliment du décolleté assez prononcé et des manche. Pourtant, cette toilette des plus basiques, ne faisait que ressortir sa chevelure noire. Et la dame savait en jouer. Mais pour l'instant, seuls des hommes peu attrayant se trouvait à sa table et Geoffroy était son ami.

C'est à ce moment, qu'apparut la comtesse d'Artois, plus morte que vive, mais tout en beauté. Rozalia salua la dame d'un signe de tête accompagné d'un sourire sympathique. Elle appréciait cette petite oie qui n'était pas si blanche qu'elle le laissait deviner. La Bathory l'avait donc prise sous son aile pour la rendre un peu plus … Versaillaise. La tâche ne s'avérait finalement pas aussi facile qu'elle l'avait pensé. La jeune italienne s'étant ridiculisé devant la moitié de la cour en s'étalant par terre. Mais c'était cette maladresse qui donnait un certain charme à Marie-Thérèse. Le seul problème qui s'imposait à Rozalia avec la demoiselle, c'était que la princesse était amoureuse de duc von Strömstad et sachant pertinemment qu'il savait pour ses petites promenades nocturnes, la comtesse Bathory devait l'éliminer au plus vite. Elle avait de la peine de devoir infliger ça à son élève, mais tant pis.

« Bonsoir mes amis, dit t'elle en inclinant la tête. Je viens vers vous chercher un asile contre la bassesse d'esprit de gens pourtant bien né. Cependant, je ne souhaite pas gâcher cette soirée , alors jouons.
- Eh bien, heureuse de vous avoir à notre table. En effet, ce soir certaines personnes ne semble pas au plus haut de leur intellect. Comme quoi le rang et l'éducation ne font pas tous. Voyez, la duchesse de Rohan vient de nous quitter à l'instant pour une simple broutille. Après tout le fait qu'elle n'ait pas d'héritier est rendu publique. Mais ne serait-ce pas votre ami le duc qui discute avec elle, là-bas ? Décidément, on ne peut pas faire confiance aux hommes. »

Voilà comment elle venait d'attiser la jalousie de Marie-Thérèse et en même temps d'enfoncer un peu plus l'amitié qu'elle entretenait avec le suédois. Rozalia était vraiment une garce
.

♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕ . ♕


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF}

Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée d'appartements (ou le harem) {RP COLLECTIF}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Le Harem...
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOD.SAVE.THE.QUEEN ♕ :: Versailles :: les salons-