Bienvenue à Versailles.
 

Partagez | .
 

 Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


♕Entrée à Versailles : 31/01/2013
♕Manuscrits : 35

MessageSujet: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 0:49

Ahh l'Amérique! Ce continent faisait rêver notre cher Gilbert depuis qu'il s'était rendu dans un souper d'amis en Angleterre. Ils y avaient parlé des Américains, les « Insurgés » comme ils aimaient les appeler, qui voulaient avoir un pays libre. Soit ne plus avoir d'attaches avec l'Angleterre. Les amis de Gilbert étaient certes contre cela, puisqu'ils étaient Anglais, mais notre jeune La Fayette avait eut un sentiment d'aventure et de soif de liberté qu'il ne pouvait taire.

Dès son plus jeune âge, Gilbert avait toujours été quelqu'un de très actif et qui recherchait constamment de nouvelles aventures. C'est d'ailleurs peut-être pour cette raison qu'il avait fait des études très vite pour devenir un militaire et qu'il s'était rendu aussi haut que le grade des Armées du roi. D'ailleurs, si cela n'avait été de son mariage récent qui lui avait permis de devenir membre de la Cour, Gilbert aurait bien aimé ne rester que militaire et pouvoir ainsi assouvir sa soif de se dépenser et de défendre des causes nobles. Mais bon, il était cloîtré dans ce palais, à essayer de taire ses instincts qui lui disaient qu'il avait un destin plus noble que cela.

Après ce souper, Gilbert est retourné à Versailles et s'est instruit du mieux qu'il le put sur la situation des Américains. Très vite, cette cause le passionna. Il parvint même à entrer en contact avec Benjamin Franklin, un homme qui était très impliqué dans la cause des Américains. Gilbert voulait le rencontrer à tout prix, mais pour cela, il lui fallait se rendre de l'autre côté de l'Atlantique... Il lui fallait donc la permission du roi. Mais Gilbert n'avait jamais bien aimé la Cour et il n'était pas du genre à lécher les bottes du roi. Il le devrait peut-être, soit dit en passant, mais ce n'était pas son genre. Le jeune La Fayette doutait donc que le roi acquiesce à sa requête sans qu'il n'ait à mettre plus d'efforts qu'il le fallait.

Ce matin, notre cher La Fayette s'était réveillé après avoir fait un rêve qu'il l'avait transporté dans un bateau qui se rendait sur le continent tant désiré. Le jeune homme avait ressenti une telle soif de liberté et un sentiment d'espoir que, quand il s'était réveillé, il avait l'intime conviction qu'il devait tenter sa chance auprès du roi.

Gilbert s'était donc levé avec entrain et s'était habillé en vitesse, son cœur cognant dans sa poitrine tant il souhaitait que le roi le laisse partir en Amérique. Le jeune homme passa une main rapide dans ses cheveux pour tenter de les placer du mieux qu'il le pouvait. Il les gardait courts, car ceux-ci étaient tout simplement indomptables et Gilbert n'arrivait jamais à rien faire avec eux.

Puis, le marquis alla prendre un déjeuner rapide, prenant conscience que l'avant-midi était déjà bien avancée puisqu'il s'était levé plutôt tard. Il devait se presser pour avoir une chance de pouvoir parler avec le roi. Lorsqu'il eut fini de manger, le marquis parti d'un pas rapide dans le couloir pour se rendre vers les escaliers qui le menait au premier étage. De là, il pourrait aller vers la salle d'audience. Il avait décidé que c'était la première étape pour pouvoir parler au roi. Si cela ne fonctionnait pas, il tenterait sa chance lors de la petite soirée que ses Majestés donnaient dans leurs appartements ce soir même.

Gilbert poussa la porte qui le menait à la cage d'escalier et descendit les marches quatre à quatre. Il ne vit pas la dame qui montait à ce même instant et la percuta de plein fouet.

« Oh mon Dieu! Madame! Veuillez me pardonner! Quel idiot je fais, voyons, j'espère que vous n'êtes pas blessée? », s'exclama tout de suite Gilbert, en aidant la jeune femme à se relever.

La Cour allait sûrement parler de cet incident pendant des jours et des jours, se dit-il. Mais mis à part cela, le marquis espérait que la jeune femme ne s'était pas fait mal, c'est qu'il lui avait foncé droit dessus et le marquis était tout de même une sacrée pièce d'homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 26

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 1:24

Victoire ce matin-là n'avait pu faire la grâce matinée, car sa Majesté la Reyne Marie-Antoinette l'avait fait demandé pour qu'elle la conseille sur sa tenue. Elle avait mis sa robe mauve vive qui ne faisait que ressortir que plus joliment ses yeux bleu et profond , ainsi que sa longue chevelure bouclée. N'aimant point attacher ses cheveux, elle se disait que seule la reine la verrait ainsi et donc cela ne choquera point.

Après des heures en compagnie de Marie-Antoinette, la princesse avait bien l"intention de retourner se prélasser en ses appartements et peut-être pourrait-elle faire venir l'un de ses amants. Il n'était pas très respectable de faire cela , mais elle n'en avait cure. Il y avait peu de chance que l'on ait encore besoin de ses services.

La jeune femme venait donc de quitter son amie et remontait vers ses appartements son esprit préoccupé par qui elle ferrait venir en sa couche pour un peu d'heure d'agréables divertissements. Elle ne regardait donc où elle allait et n'entendit pas les pas du Marquis. La seule chose qui la réveilla fut lorsqu'elle se sentit rebondir durement contre quelque chose ou quelqu'un, mais elle tomba à la renverse au bas de l'escalier.

Par chance, la jeune Rohan n'avait que montait quelque marche, mais lorsqu'elle tomba dans un cri de surprise, elle eut la tête qui lui tourna et se fit quelque peu mal au poignet. Relevant son visage, elle ne vit pas le jeune homme , car tout était brouillé , mais elle l'entendit s'excuser et venir près d'elle. Victoire finie par répondre:


Hum... je..je.. aïe... je crois..que c'est le..poignet.. pardon je suis toute étourdie ..

Victoire tentait de rester calme et dû s'appuyer au bras du Marquis pour ne pas retomber. Sur le coup, elle était surtout surprise de ce qui venait de se passer, mais par la suite une certaine colère l'a pris et dit :

Par chance que je ne sois tombée de haut... pourquoi ne regardiez-vous point où vous alliez ?

La Duchesse reprenait peu à peu ses esprits et son caractère qui était assez explosif par moment. Mais elle fini par voir plus clair et lorsqu'elle posa son regard sur l'homme qui la tenait à son bras elle resta sans parler.

Comme il était agréable à regarder cet homme. Il y avait longtemps que son regard n'avait été autant accroché et même qu'un bond soudain se fit dans son coeur qui la rendit toute gentille d'un seul coup. Mais quel émoi pour un maladroit comme lui.

La jeune femme fini par se reprendre ne lâchant toujours pas son bras et dit :


Navrée de mon emportement monsieur. Cela m'arrive que lorsque je suis prise au dépourvue. Je ne crois pas vous connaître. Seriez-vous nouveau à la Cour ?

Je me présente Victoire-Armande de Rohan, Princesse de Rohan et première Dame de compagnie de sa Majesté la Reyne Marie-Antoinette. À qui ai-je eu l'honneur de me cogner rudement le nez ?


Victoire fit un magnifique sourire amusée oubliant son poignet qui semblait enfler de plus en plus. Son regard ne lâcha pas celui de l'étranger qui le captivait.

Certes, elle n'était pas coiffée comme toutes les courtisanes et semblait plus au naturel , mais cela n'en rajoutait qu'un peu plus à son charme.

Elle ne se cachait pas d'être jolie et avait bien l'intention de mieux connaitre cet homme qu'il ne soit qu'un petit nobliaux ou homme marié cela ne l'intéressait pas....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 31/01/2013
♕Manuscrits : 35

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 1:54

La Fayette vit bien, lorsqu'il aida Victoire à se relever, que celle-ci avait durement reçue le coup. La jeune femme se tenait le bras du marquis comme si elle allait retomber et elle se plaignit légèrement d'un mal de poignet. Gilbert se sentit affreusement mal. Surtout que la jeune femme en question était très jolie et ses manières témoignaient d'une naissance très noble... D'entre toutes les femmes à la Cour, il fallait qu'il tombe sur elle. Non, mais quelle réputation il allait avoir maintenant!

Gilbert prit alors délicatement le poignet de Victoire pour éviter qu'il ne bouge trop et que cela ne lui fasse encore plus mal et il releva le regard vers la jeune femme:

«  Encore une fois, je vous demande milles pardons. Je ne suis qu'un rustre à descendre ainsi les escaliers sans vérifier si quelqu'un s'y engage. Il faudrait penser votre poignet pour éviter qu'il ne vous fasse encore plus mal... », fit le jeune homme, avec un air profondément désolé.

Victoire sembla alors reprendre ses esprits et elle lui témoigna de façon franche son agacement de se faire ainsi bousculer. Sa colère était légitime, cependant Gilbert avait un fort caractère et si la jeune femme qui se tenait devant lui n'était pas aussi jolie, il aurait assurément répliquer d'une phrase toute aussi assassine.

Gilbert marmonna donc encore une fois combien il est était confus et désolé. Victoire releva la tête vers lui et Gilbert croisa son regard. Il chercha à déceler un restant de la colère précédente dans les yeux bleus de la jeune femme, mais la tempête sembla passée.

« Voyons, ne vous excusez pas en plus, je vous prie, vous allez me faire sentir encore plus mal que je ne me sens déjà », fit le marquis, avec un pauvre sourire. «  Je suis nouveau à la Cour d'un an. J'y suis entré à la suite de mon mariage... »

Quel crétin! Pourquoi avait-il mentionné sa femme aussi tôt dans la conversation? La jeune femme en face de lui allait assurément penser qu'il avait fait cela de façon volontairement pour lui faire signe qu'il n'était pas libre! Cette femme était des plus attirantes à la Cour et déjà qu'il avait ruiné toutes ses possibilités d'avoir une petite chance avec elle, maintenant il fallait qu'il lui lance tout de suite qu'il venait de se marier...

Victoire se présenta alors et Gilbert se sentit encore plus petit dans ses chaussures. C'est qu'il avait une femme de grande noblesse devant lui! Une princesse de Rohan! Et maintenant il fallait qu'il se présente? Gilbert se passa une main derrière le cou, signe de sa nervosité et il répondit avec son plus beau des sourires pour cacher son rang que la princesse de Rohan n'avait rien à envier :

- « Enchanté de faire votre connaissance, Madame! Je suis Gilbert du Motier, marquis de la Fayette et capitaine de cavalerie, pour vous servir », dit Gilbert, en s'inclinait devant la dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 26

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 2:14

Victoire était complètement sous le charme de cet inconnu et elle essayait de se reprendre se disant qu'aucun homme n'aurait la possibilité de la manipuler ou qu'elle en soit obsédée.

Lorsqu'il ne cessa de s'excuser elle ne put que sourire un peu plus se disant que cela en était que trop charmant de le voir si confus.

Le jeune homme n'avait pas tord en disant que l'on devrait la penser avant que cela ne s'aggrave. Mais elle tomba soudainement de son nuage au moment où il lui avoua qu'il était à la Cour depuis déjà un an, mais elle ne comprenait pas pourquoi elle ne l'avait encore vu. Et elle resta surprise qu'il ajoute qu'il était là depuis son mariage.

Tiens donc, ce bel Apollon n'était point libre et il le faisait savoir à la Princesse. Voulait-il lui faire comprendre qu'il n'avait aucun intérêt ?

Finalement, Victoire ne fit que sourire et dit :


Et bien Monsieur mes félicitations. Votre jeune épouse doit être vraiment comblée d'avoir un aussi... agréable époux à ses côtés. Je suis mariée moi aussi, mais depuis 4 ans. Enfin, cela importe peu ici si l'on a la bague au doigt ou non. N'êtes-vous point d'accord ?

Victoire sourit avec malice et n'avait pas l'intention de se laisse démonter par un simple renseignement peu intéressant. Il semblait avoir de bonnes manières ce qui plu encore plus à la belle qui ne cessait de regarder de façon insistante et peu respectable.

Elle aimait troubler les jeunes hommes qui semblaient toujours impressionnés lorsqu'ils apprenaient qui elle était.

Le Marquis fini par se présenter et la dame de compagnie comprit que tous les deux étaient loin d'être du même monde, mais elle en avait cure, car elle avait bien l'intention de mieux le connaître.

Elle inclina doucement son visage pour lui montrer qu'elle était tout autant enchantée . Victoire dit dans un sourire :


Enchantée Monsieur , vous avez raison je devrai soigner cette blessure, mais vous savez dans mon éducation l'on m'a apprise les bonnes manières et comment accrocher les regards de façon respectable, mais la médecine n'en faisait pas partie. Mais sans doute en tant que militaire l'on vous a montré les soins de bases.

Croyez-vous que pour vous faire pardonner et si ce qui vous faisez courir si vite dans l'escalier peut attendre , vous consentiez à me soigner en mes appartements qui ne sont pas très loin.

Par la suite, je peux vous offrir rafraîchissement pour vous remercier..


Victoire a dit tout cela de sa voix charmeuse et son regard qui en disait long sur son intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 31/01/2013
♕Manuscrits : 35

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 2:32

Heureusement, Victoire n'eut pas l'air trop déçue lorsque Gilbert lui dit qu'il était entré à la Cour grâce à son mariage. Heureusement ou malheureusement, en fait, puisque cela pouvait peut-être dire que Victoire n'avait absolument aucun intérêt pour lui. Mais les paroles qu'elle prononça par la suite lui fit douter de cette dernière affirmation. Elle ne lui aurait pas laisser la porte ouverte ainsi si elle ne souhaitait aucunement sa compagnie.

« En effet, surtout lorsque le mariage a été arrangé pour des raisons politiques... Mais bon, j'essaie de ne pas crier cette opinion trop fortement. Je risque de me faire remarquer de la mauvaise façon à la Cour, alors que cela fait si peu de temps que j'y suis entré! », dit Gilbert, avec un charmant sourire.

Le marquis était plutôt impressionné par le rang de la jeune femme qui se tenait devant lui, mais c'était surtout sa beauté et sa façon de le regarder qui le déstabilisait. Elle avait l'air si sûre d'elle... Lorsqu'elle lui sourit, l'homme lui rendit son sourire, ne pouvant s'en empêcher. Gilbert avait toujours eut un tempérament fougueux et il prenait souvent des décisions sur un coup de tête. Ses relations amoureuses ne faisaient que témoigner de ce caractère impulsif. Fidèle à lui-même, donc, le jeune homme tomba sous le charme de Victoire. Il savait que celle-ci ne le considérait peut-être même pas et elle allait l'oublier quelques secondes après leur rencontre, mais Gilbert ferait de son mieux pour la courtiser. Jamais personne ne lui avait refuser quelque chose et il réussissait toujours à obtenir ce qu'il voulait, ce n'était pas maintenant que ça allait s'arrêter.

Lorsque Victoire lui proposa de panser sa blessure au poignet, Gilbert ne put refuser cette offre, surtout avec le regard que la princesse lui avait alors jeté.

« Comment pourrais-je refuser cette offre si généreuse de me faire pardonner, madame?, dit le capitaine, en inclinant la tête, J'ai, en effet, appris quelques bases pour soigner les blessures et les poignets tordus par de vilains inconnus font partie de ma formation, heureusement pour vous et moi! », fit le marquis, en souriant à la princesse.

Gilbert prit délicatement la main de Victoire dont le poignet n'était pas blessé et déposa un léger baise-main sur celle-ci en ne lâchant pas des yeux la princesse.

- « Ensuite, puisque ma faute est si impardonnable, je pourrai tenter de vous divertir autour du généreux rafraîchissement que vous m'avez offert. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 20/01/2013
♕Manuscrits : 19
Age : 26

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Dim 10 Fév - 2:47

Victoire fut bien amusée de voir que le beau capitaine semblait justifier son mariage et elle put bien comprendre en fait qu'il tentait de se rattraper . Jamais aucun homme n'avait pu détourné son regard d'elle et si un jour cela arrivait ce serait une véritable gifle. Oui il y avait son époux qui n'avait aucun intérêt pour elle , mais sa jeune épouse se doutait qu'il n'aimait guère les femmes.

Elle faisait en sorte de cacher ce secret honteux pour garder son honneur et camouflait cela comme de l'indifférence envers son cousin .

La Princesse répondit au marquis :


Qui dans cette Cour n'a pas été marié pour des raisons politiques Monsieur ? Nous ne faisons que le nier, mais nous savons tous très bien que le mariage n'a rien avoir avec l'amour ou la ... passion.

Et ne vous en faites point pour votre réputation je ne veux pas vous vexer, mais je n'avais jamais encore entendu votre nom ce qui est plutôt bon signe, car on ne parle que des gens que nous n'aimons guère.


Victoire sourit toujours avec ce petit sourire malicieux et resta à le regarder un moment. Il avait la parole facile et savait comment la faire sourire. Elle cacha son rire derrière sa main pour ne pas paraître mal polie. Dans tous ses gestes on ne pouvait voir que grâce et bonne éducation. Tout semblait si naturel chez elle et on ne pouvait qu'en être impressionné.

Lorsqu'il lui prit doucement sa main, la princesse en fut bien heureuse et apprécia le léger contact des lèvres de ce bel homme qui la chavirait qu'un d'un seul regard. Les mots qui suivirent la firent frémir légèrement et ses yeux pétillèrent aimant les sous-entendus qui se glissaient dans leur discussion.

Victoire dit de sa douce voix et commençant à monter l'escalier elle s'arrêta au milieu et lui lança un regard :


Si Monsieur le marquis veut bien me suivre , car je doute que vous sachiez où se trouve mes appartements. Nous y serons tranquilles j'y vis ... seule.

Il pouvait voir dans son regard tout ce qu'elle sous-entendait. Il était devenu sa future proie et elle ne le laisserait pas filer de sitôt.

Pour le moment, la jeune rohan croyait qu'elle n'éprouvait qu'un simple désir, mais en fait cela allait que plus loin. Elle s'en apercevrait assez tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♕Entrée à Versailles : 31/01/2013
♕Manuscrits : 35

MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant? Jeu 14 Fév - 16:57

La réponse que Victoire adressa au marquis le surprit. Il savait, bien entendue, que les mariages de convenance étaient plus que répandus chez la haute et la petite noblesse, mais Gilbert pensait qu'il était tout de même possible qu'un vrai mariage se fasse dans cette petite communauté. Après tout, il y avait des exceptions qui existaient...

- « En fait... Oui, je crois que le mariage ne devrait être que pour l'amour et devrait être surtout souhaité ardemment par les deux personnes. Il est triste, en effet, que le mariage de convenance soit aussi répandu, mais je crois bien qu'avec un peu de volonté et beaucoup de chance on peut arriver à ce bonheur. Mais bon, c'est peut-être juste moi qui vois un peu trop le monde en rose... », termina Gilbert, avec un petit sourire.

Gilbert fit un clin d'oeil à Victoire à la suite des autres paroles qu'elle prononça et lui répondit avec un sourire, mais les yeux brillants de détermination :

- « Oh, vous verrez, vous entendrez très vite parler de moi. J'ignore encore si cela sera en bien ou non, mais je sais que chamboulerait un peu ce monde si le roi accepte ma proposition. » dit le marquis, avec un air énigmatique et un sourire craquant (bah oui, imagez Jamie Dornan qui vous sourit O.O).

Victoire commença alors à monter l'escalier, continuant le geste qu'elle faisait avec qu'il ne lui rentre dedans avec tant de maladresse. Gilbert ne put détacher son regard des cheveux qui tombaient en cascade dans son dos lorsqu'elle s'était retournée pour monter ces quelques marches. Le léger balancement de ses hanches faisait onduler ces cascades, emprisonnant le regard du capitaine.

Victoire se retourna ensuite et lui dit : « Si Monsieur le marquis veut bien me suivre , car je doute que vous sachiez où se trouve mes appartements. Nous y serons tranquilles, j'y vis ... seule. »

Gilbert la regarda un moment, les yeux pétillants :  « Comment pourrais-je refuser une invitation d'une princesse de Rohan en personne, madame? Cela serait, je le crains, enfreindre les convenances. »

Le marquis monta alors les quelques marches qui les séparaient et proposa son bras à Victoire pour l'aider à monter les marches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant?

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais comment ne vous ai-je pas remarqué auparavant?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mais comment se présenter ?
» Un peu d'ethymologie...Ce n'est pas vulgaire mais historique
» [Sondage]Comment avez-vous connu le forum ? (important)
» Mais comment Moto GAto va faire pour gagner maintenant?
» Votre perso ? Descrivez-le ! Vous etes bien avec lui ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOD.SAVE.THE.QUEEN ♕ :: Versailles :: Reste du château :: les couloirs-