Bienvenue à Versailles.
 

Partagez | .
 

 Retrouvailles | Malek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Retrouvailles | Malek Jeu 3 Jan - 23:25

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Épuisé, le corps de la duchesse, paré d’une soyeuse robe bleu, reposait sur le lit de la chambre qu’elle occupait, depuis quelques minutes seulement, au palais de Versailles. Le voyage depuis la capitale Suédoise avait été long et pénible. Très pénible. Et malgré son envie de voir Malek von Strömstad tout de suite, la jeune femme s’était laissé tomber sur son lit pour somnoler quelques instants. Et finalement, la duchesse s’était endormie, emportée par la fatigue de son long, très long, voyage. Sauriez-vous dormir dans un carrosse brinquebalant sur les routes et les petits chemins ? Non. Et bien Diana non plus. Et de fait, elle avait peu dormit depuis son départ de Stockholm.

Versailles était un grand palais. Pleins de couloirs, de dédales… Tant et si bien que Diana s’y serait perdue quelques heures plus tôt si un certain Antonin Villeroy, domestique du château, n’avait pas volé à son secours pour la conduire auprès du roi et de la reine puis aux appartements que les souverains avaient réservés pour la jeune suédoise. Seulement, maintenant changée et apprêtée pour paraître devant son frère, la demoiselle était sortie sur son palier et se trouvait bien embêtée pour trouver la chambre que le jeune homme occupait. C’était tellement… immense !

Seule devant sa porte, les bras ballant, la duchesse von Böras se sentait un peu bête. Plus encore lorsque deux habituées passèrent devant elle en gloussant, se moquant peut-être de sa mimique hébétée. Elles discutaient entre elle et, bien que la jeune femme sache parler le français, elle ne comprit pas ce que disaient ces dernières, celles-ci discutant à voix bien trop basses. Résignée, Diana chassa ses questions et se mit en devoir de trouver la chambre où séjournait Malek.

Ce n’était pas facile, pour une nouvelle, de se repérer dans l’immense bâtisse qu’est Versailles. Et la pauvre Diana avait l’impression de tourner en rond. Toutes les portes se ressemblaient mais jamais le nom de von Strömstad n’apparût à ses yeux. Tout ce jeu de piste l’agaçait mais la blondinette n’en montrait rien. L’impatience était un défaut, comme l’abandon. C’est, du moins, ce que père et professeurs avaient toujours dit à la demoiselle. Aussi prenait-elle sur elle pour rester, même en de telles circonstances, égale à elle-même, à ce que son éducation avait fait d’elle. Formatée ? Probablement. Comme tant d’autres femmes nobles, à vrai dire.

Enfin, le salut. Après une bonne heure de recherches, la demoiselle se trouva devant la porte de Malek. Fatiguée mais heureuse, la jeune femme se ressaisit et frappa quelques coups en espérant que le jeune von Strömstad viendrait lui ouvrir. Néanmoins, quand la porte laissa enfin voir une silhouette, ce fut celle d’un domestique. Lui expliquant qui elle était, la jeune femme réussit à entrer après un bon quart d’heure de bataille. A vrai dire, le domestique n’était toujours pas d’accord mais la suédoise avait réussit à entrer tout de même.

S’installant dans un canapé, la demoiselle se mit à attendre que son frère rentre dans ses appartements, essayant de ne plus écouter le domestique qui continuait de plaider en disant qu’elle ne pouvait pas entrer sans la permission du duc.

Codage fait par .Jenaa



Dernière édition par Diana von Böras le Mar 22 Jan - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Ven 4 Jan - 0:19




« Retrouvailles »





Le duc s'était prélassé toute l'après-midi dans les appartements de la comtesse d'Artois. Au grand damn de son mari. Cela faisait bien rire Malek, d'ailleurs, que celui-ci se donne tant de tracas à rendre la vie dure au Suédois. Comme si cela allait l'affecter! C'est qu'il connaissait mal le duc... Quoiqu'il en soit, la journée avait été plutôt calme, sans grande aventure ni ragôts particulièrement juteux. Les journées de ce genre étaient rares à Versailles, mais elles étaient reposantes lorsqu'elles se présentaient.

Finalement, pour laisser un peu la comtesse seule et pour reposer les nerfs de son mari, Malek décida qu'il était temps de retourner dans ses propres appartements. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas être dans ceux-ci ou qu'ils n'étaient pas attrayants (bien au contraire d'ailleurs, car le jeune duc avait prit la peine de draper ses appartements à la mode de Suède, en laissant ça et là des objets de ses précédents voyages. Il voulait se sentir à l'aise dans sa nouvelle ''demeure ''), mais c'était plutôt qu'il n'y avait jamais personne d'intéressant dans ceux-ci. Quelques domestiques, parfois des bonnes qui lavaient les draps... C'était à peu près tout, car le duc de Strömstad préférait rendre visite que d'attendre celle-ci.

En effet, il détestait être assis là, à rien faire. Il décidait donc presque toujours de créer ses aventures et de se rendre lui-même à des endroits ou il était certain de bien s'amuser. La vie était bien plus, palpitante ainsi! La seule raison qui pouvait le faire rester dans ses appartements, c'était lorsque la paperasse de son duché s'était un peu trop accumulée et qu'il avait l'obligation de diminuer un peu la pile... Ce qu'il détestait faire.

Donc, notre jeune duc se rendit d'un pas fringuant vers ses appartements, saluant quelques personnes, souriant à de jeunes femmes qui gloussaient en retour. Et lorsqu'il ouvrit sa porte, son domestique sembla paniqué. C'était la première fois que Malek le voyait ainsi et il s'imagina tout de suite le pire. Il prit donc l'homme par les épaules pour l'empêcher de gesticuler et lui demanda ce qu'il arrivait. C'est alors qu'il comprit qu'une dame était entrée dans ses appartements sans sa permission. Le duc éclata de rire, comme si c'était la première fois! Seulement, la plupart du temps, cela arrivait pendant la nuit, et le domestique n'en avait donc pas conscience.

Malek rassura donc l'homme et entra dans la salle... Pour tomber sur sa chère Diana von Böras. Faisant fi des convenances, le duc se dirigea d'un pas enjoué vers la jeune Suédoise et la pris dans ses bras. Cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas vu! Comme s'il avait le temps de faire les salutations respectueuses... D'autant plus, qu'il l'a connaissait depuis qu'il n'était qu'un bambin.

«  Comme je suis heureux de vous voir ici!  », s'écria t'il, avec entrain. Il posa un baiser sur le front de la duchesse, puis la délivra de son emprise.

«  Mais que faites-vous à Versailles, dites-moi? Avez-vous fait le voyage seule? »
Underco'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Ven 4 Jan - 2:29

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Patientant, installée dans le fauteuil sur lequel elle avait pris place, la demoiselle trouvait le temps long. Si seulement elle avait songé à emporter avec elle quelques travaux de broderies, au lieu de venir les mains vides, avec le simple espoir de voir son frère lui ouvrir la porte. Voilà que son empressement était bien puni. Car le gredin se faisait attendre, sûrement occupé à quelques frivolités dont il parlait à la blondinette dans ses lettres lorsqu’il glissait dans sa missive quelques mots sur le splendide Versailles. Et elle, qui attendait donc, avec le domestique qui ne cessait de gesticuler en tout sens, en répétant qu’elle devait se hâter de partir, que le duc ne serait pas content. La blondinette avait beau se présenter comme étant une très proche amie de Malek, cela ne suffisait pas à apaiser les craintes de l’homme. Pourtant, la demoiselle n’avait pas souvenir que le jeune von Strömstad soit un mauvais bougre avec les gens à son service. Versailles l’aurait-il changé à ce point ? La chose parait totalement impossible à la suédoise. Ce pauvre homme doit simplement avoir rencontré, au cours de sa vie, maître plus exigeant et dur que Malek. Aussi la demoiselle ne bouge-t-elle pas, se disant que le domestique comprendra très bientôt qu’elle n’est pas une menteuse.

La porte s’ouvrit bientôt alors que la demoiselle attendait dans le salon de l’appartement. Aussitôt, le domestique disparu pour aller à la rencontre du duc alors que la Suédoise restait assise, jugeant que la surprise aurait meilleur effet si l’homme l’apercevait d’abord de dos, de sorte à avoir le temps de douter, de sentir son cœur battre la chamade… Leur conversation parvenait jusqu’aux oreilles de la jeune femme qui souriait presque d’une oreille à l’autre, tout en espérant que son frère aurait la gentillesse de rassurer son domestique quand à l’identité de la visiteuse.

Diana, qui soit-dit en passant ne se prononce pas Diana mais Daïana, entendit un pas dans son dos. Se retournant, elle offrit son visage charmant et enjoué au regard de son frère avant de se lever pour aller à sa rencontre alors qu’il faisait de même, pour la serrer bientôt fortement contre son cœur, avec si peu de distance entre eux que la sainte église suédoise en aurait rougit d’indignation. Qu’importe, pour eux il n’y avait là aucun mal : ils se connaissaient depuis si longtemps et se connaissaient si bien, comme un frère et sa sœur…

«- Las, vous manquez à la Suède chez ami et vous manquiez à mon cœur. J’ai donc entrepris de venir auprès de vous, puisque vous-même aviez déserté mon environnement. J’ai effectivement voyagé seule, en empruntant un carrosse à Charles, qui était au courant de mon désir. Mon père, lui, ignorait tout de ce voyage, jusqu’au moment où, je l’espère, Mère et lui ont trouvés ma missive exprimant mon voyages et mes motivations à partir. J’ai stipulé dans celle-ci que le Prince connaissait tout de mon entreprise, j’espère que cela suffira à calmer la tentions de père qui, assurément, ne supporterait pas que je cause des désagréments à la famille, que je déplaise à Charles. Vous savez, malheureusement, comme il est persuadé que je serai, bientôt, princesse consort de Suède.»

Codage fait par .Jenaa



Dernière édition par Diana von Böras le Mar 22 Jan - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Ven 4 Jan - 17:41




« Retrouvailles »





Lors que Malek relâcha sa chère duchesse, les deux jeunes gens se regardèrent un moment dans les yeux avant que Diana n'ouvre la bouche. On aurait pu croire à deux amants qui avaient été trop longtemps séparés et qui savouraient leurs retrouvailles. Seulement, il aurait été une erreur de partager ces pensées avec Malek, qui se serait sûrement tout de suite offusqué. Diana était une sœur pour lui, la seule barrière à cette appellation était le lien de sang qu'il ne partageait pas. Et encore là, venant tout deux de familles nobles de Suède, ils partageaient assurément un peu de parenté.

«- Las, vous manquez à la Suède chez ami et vous manquiez à mon cœur. J’ai donc entrepris de venir auprès de vous, puisque vous-même aviez déserté mon environnement. J’ai effectivement voyagé seule, en empruntant un carrosse à Charles, qui était au courant de mon désir. Mon père, lui, ignorait tout de ce voyage, jusqu’au moment où, je l’espère, Mère et lui ont trouvés ma missive exprimant mon voyages et mes motivations à partir. J’ai stipulé dans celle-ci que le Prince connaissait tout de mon entreprise, j’espère que cela suffira à calmer la tentions de père qui, assurément, ne supporterait pas que je cause des désagréments à la famille, que je déplaise à Charles. Vous savez, malheureusement, comme il est persuadé que je serai, bientôt, princesse consort de Suède.»

Aux dernières paroles de Diana, Malek acquiesca d'un air sombre. Oui, il le savait. Et il savait également à quel point sa chère duchesse ne voulait pas épouser le prince Charles. Bien qu'il connaisse bien le prince, Malek se doutait que les deux personnes n'étaient pas faites l'une pour l'autre. Au grand désespoir du père de Diana, qui faisait tout pour se cacher la vérité.

« J'ai manqué à la Suède, dites-vous? Eh bien, je n'aurais jamais crû que ce pays se languisserait un jour de moi. Quelle surprises! Je n'ai pourtant pas une excellente réputation en Suède... Du moins, auprès des hommes. », fit le duc, avec un sourire moqueur. Puis, il écarta le bras pour proposer à Diana de s'asseoir sur le fauteuil et il fit de même à la suite de la demoiselle.

« Par contre, je sais combien vous vouliez me faire plaisir, mais ce n'était pas une bonne idée de voyager seule. Le trajet est long et les endroits empruntés ne sont pas toujours sûrs. Imaginez s'il vous était arrivé quelque chose! Surtout en venant à ma rencontre! Je ne m'en serais jamais remis... Pour votre retour, je vous accompagnerai, et c'est non négociable. »

Malek toussa légèrement d'un air embarrassé. Il allait aborder un sujet qu'il n'aimait point, mais le duc était bien obligé d'en parler...

– «  Et... Le prince, vous a-t-il fait de quelconques avances?, demanda t'il, avant de reprendre d'un air énergique, parce que vous savez, s'il veut réellement vous demander en mariage et que vous n'en voulez toujours pas, je courrai en Suède pour l'en dissuader!
Underco'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Dim 6 Jan - 2:42

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Un doux sourire éclaira le visage de la jeune femme lorsque son frère riait de ses propos quand au manque que son départ avait provoqué à Stockholm. Mais après tout, la Suède dont parlait Diana concernait surtout la populace féminine. Toutes les suédoises n’étaient, après tout, pas tant vertueuses que la demoiselle qui mettait un point d’honneur à être une jeune femme « comme il faut ». Et bien nombreuses étaient celles qui, entre les bras de Malek von Strömstad, avaient oubliés leurs vœux de fidélités. S’il y avait bien, en fin de compte, une femme qui n’avait pas à le craindre pour sa vertu, c’était Diana. La duchesse savait qu’il ne chercherait jamais à avoir cela d’elle. Ils étaient comme frère et sœur, après tout.

«- Las, mes propos ne concernaient point uniquement les hommes, Malek. A vrai dire, ils sont assez peu concernés par mes dires. Mais nombreuses sont les femmes peu vertueuses qui sont venues trouver mon épaule pour y pleurer en exigeant presque de ma personne que je vous exige, par missive, le retour au pays. Toutes savent comme nous tenons l’un à l’autre et peu son celles qui n’ont pas cherché à se servir de ce sentiment qui me lie à vous. »

S’installant dans le fauteuil qu’il lui désignait, la jeune femme esquissa un sourire avant de s’intéresser aux propos entretenus par le Suédois. Diana ne connaissait que trop bien les risques auxquels elle s’était exposée pour retrouver le duc von Strömstad. A vrai dire, la jeune noble s’était attendue à ce que l’homme lui fasse ce genre de reproches inquiets, qu’il formulait maintenant. Ils n’auraient, ni l’un ni l’autre, sût souffrir que l’un d’eux affronte quelques sombres destinés.

«- Le ciel soit loué, il ne m’ai rien arrivé. Mais je serai heureuse et rassurée, de faire route avec vous lorsque je me déciderai à rentrer en Suède. Quoique la France me semble avoir quelques attraits qui me donnent déjà envie de rester auprès de vous. Mais je ne vous cache pas, Malek, que ce voyage m’a, par moment, demandé de faire preuve d’un certain courage dont, à vrai dire, je ne me serai jamais crû capable.»

Naturellement, la discussion s’orienta vers le prince Charles et sa demande en mariage que la Suède toute entière semblait attendre impatiemment, en retenant son souffle, et qui ne venait pas. C’était rare que les deux jeunes gens s’engagent tout deux sur ce terrain. Aujourd’hui était une exception car ils avaient beaucoup à se raconter, l’un comme l’autre.

«- Non, rien. Mais père et la Suède toute entière s’attend à me voir devenir son épouse un jour. Lui ne dément rien de cela. Mais il ne confirme rien non plus. Alors tout le monde attends, en retenant son souffle comme ont dit, moi la première. Et vous donc Malek ? Une dame aurait-elle enfin des chances de saisir votre cœur ? Me présenterez-vous bientôt une éventuelle future belle-sœur ? Je souhaite tant vous voir heureux, vous savez… Comblé par un mariage de rêve et une petite marmaille vous idolâtrant…»

Codage fait par .Jenaa



Dernière édition par Diana von Böras le Mar 22 Jan - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Dim 6 Jan - 20:38

«- Las, mes propos ne concernaient point uniquement les hommes, Malek. A vrai dire, ils sont assez peu concernés par mes dires. Mais nombreuses sont les femmes peu vertueuses qui sont venues trouver mon épaule pour y pleurer en exigeant presque de ma personne que je vous exige, par missive, le retour au pays. Toutes savent comme nous tenons l’un à l’autre et peu son celles qui n’ont pas cherché à se servir de ce sentiment qui me lie à vous. »

Malek ne fût pas autant surprit qu'il ne l'aurait crû par les propos de la Suédoise. En effet, il se doutait que plusieurs femmes allaient s'ennuyer de lui depuis qu'il avait quitté son pays natal, mais il ne pensait pas qu'elles s'étaient attachées assez pour se languir de lui. Cependant, en bon coureur de jupons averti, ces paroles lui arracha un petit sourire plutôt que de l'attrister. En effet, il trouvait plutôt amusant que des femmes, qui savaient pertinemment qu'il n'éprouvait aucun sentiment pour elles, viennent pleurer sur l'épaule de sa pauvre Diana von Böras.

«  Je m'excuses si ces dames vous ont importunées, très chère. Je n'aurais jamais crû que mon départ les auraient autant affectées... En fait, je les avais presque déjà oubliées », termina-t-il, d'un air songeur.

Puis, pendant que Malek lui exposait ses peurs quant au périple qu'elle venait de mener, Diana avait l'air de s'attendre à ces paroles. En fait, le duc avait l'impression qu'elle ne l'écoutait que d'une oreille, sachant déjà ce que le Suédois allait lui dire. Il est vrai que sa chère Diana, qui savait combien Malek l'appréciait, avait du s'attendre à de telles paroles. Quoiqu'il en soit, elle lui répondit :

«- Le ciel soit loué, il ne m’ai rien arrivé. Mais je serai heureuse et rassurée, de faire route avec vous lorsque je me déciderai à rentrer en Suède. Quoique la France me semble avoir quelques attraits qui me donnent déjà envie de rester auprès de vous. »

Malek souria aux paroles de la duchesse.

«  Le plaisir serait partagé, ma chère, j'adorerais voyager avec vous. Mais je serai aussi très heureux de vous voir rester avec moi, ici. Bien que je saches que cela est tout bonnement impossible... Mais j'adore tellement cet endroit, et j'aimerais que vous l'apprécier autant. Alors, aussi longtemps que vous souhaiterez rester, j'appuierai votre décision. »

«  Mais je ne vous cache pas, Malek, que ce voyage m’a, par moment, demandé de faire preuve d’un certain courage dont, à vrai dire, je ne me serai jamais crû capable.»


Le duc acquiesca, il s'en doutait bien. Non, mais ! Faire un tel voyage toute seule. Ce n'était pas un petit trajet de la Suède à la France !

«  Je vous crois, Diana. C'est pourquoi peu de femmes décident de faire ce trajet toutes seules. Vous auriez dû m'envoyer une simple lettre avant votre départ, je serai venu vous quérir en Suède pour faire le voyage avec vous. Vous savez bien comment j'aime voyager, cela ne m'aurait pas dérangé ! »

Le duc souria à la Suédoise et ajouta sur un air taquin : «  Alors, vous serez averti très chère, je ne vous laisserai plus jamais faire un tel voyage par vous-même, c'est compris ? »

Puis, les deux amis changèrent de sujet pour entrer dans une conversation qui risquait de mettre Malek plutôt mal à l'aise, lui qui détestait parler d'affaires de cœur. Surtout quand c'était lui qui était concerné.

«- Non, rien. Mais père et la Suède toute entière s’attend à me voir devenir son épouse un jour. Lui ne dément rien de cela. Mais il ne confirme rien non plus. Alors tout le monde attends, en retenant son souffle comme ont dit, moi la première. Et vous donc Malek ? Une dame aurait-elle enfin des chances de saisir votre cœur ? Me présenterez-vous bientôt une éventuelle future belle-sœur ? Je souhaite tant vous voir heureux, vous savez… Comblé par un mariage de rêve et une petite marmaille vous idolâtrant…»

« Une marmaille ? Moi ? Vous me connaissez moins bien que je le croyais, Diana. Je suis bien trop irresponsable pour avoir des enfants à ma tâche. Je les plaindrais d'avoir un père comme moi ! Mais non, je suis ici comme j'étais en Suède. Je n'ai que des conquêtes, sans plus. », fit Malek. Il préférait taire sa relation avec Yolande et l'oublier [hj : surtout aussi parce qu'il y a une nouvelle Yolande sur le forum, alors... ^^], pour ce qui était de la comtesse d'Artois. Eh bien, le duc n'avait même pas encore conscience lui-même qu'il s'attachait dangereusement à la jolie française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Dim 6 Jan - 22:53

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Le jeune homme disait avoir déjà presque oublié ses amantes qu’il avait abandonnées à leur sort en Russie. C’était le plus grand reproche que la demoiselle était capable de faire envers le jeune homme : celui de ne pas savoir se poser. Celui de jouer au bourreau des cœurs de la sorte, sans le moindre remords. La blondinette n’en parlait jamais mais elle détestait celle facette de son frère. Peut-être parce qu’elle avait peur de s’éprendre un jour d’un homme dans son genre, à vrai dire. Il faisait souffrir des filles, assurément. Et Diana avait peur qu’un jour, un homme joue ainsi avec elle. De fait, elle comprenait ces femmes et l’amertume qui devait se saisir de leurs cœurs. Oui, la duchesse n’aimait pas du tout ce trait du caractère de son frère mais elle n’avait guère le choix de faire avec ou non. La noble ne lui en avait jamais parlé. Peut-être le devrait elle, peut-être pas. Peut-être aurait-il besoin de le savoir, pour changer, pour comprendre le mal qu’il pouvait faire à ses filles. Mais la belle aux cheveux couleur de l’or n’avait guère envie d’entamer une telle conversation avec Malek. Après tout, ce n’était pas de ses affaires… si ? Il pouvait bien faire ce qu’il voulait, il était adulte et libre, après tout…

Oh oui, il était fort possible que le séjour en France de la jeune femme s’éternise quelque peu. De par la présence de son frère, tout d’abord puis pour celle d’Antonin Villeroy, ce domestique qui l’avait accueillit quelques heures auparavant. La suédoise avait eu un réel coup de cœur pour cet homme qui, malheureusement, n’était pas de son rang. Cela ne lui faisait absolument rien à elle, mais son père n’accepterait jamais un tel mariage. Non, jamais. Néanmoins, tant que son paternel ne l’obligeait pas à quitter Versailles pour rentrer en Suède, la demoiselle pouvait rester à la cour de France et profiter, de fait, de la présence de cet homme. Mais enfin. Son frère restait sa principale préoccupation malgré tout. C’était pour lui qu’elle était là.

«- Avec une lettre, cela n’aurait plus été une surprise très cher. Là, vous ne vous y attendiez absolument pas, c’est exactement l’effet que j’avais espéré ! » répondit elle en souriant de toutes ses dents, présentant leur blancheurs à son frère. Enfin, blancheur. Disons que pour l’époque, la teinte des dents de la demoiselle est aussi honorable que possible se peux.

La question des enfants et du mariage. A vrai dire Diana s’attendait à ce que le jeune homme lui fasse une réponse dans ce genre là. Elle le connaissait mieux qu’il ne semblait le penser en cet instant. Soit. Il n’avait pas tout à fait tord en disant qu’il était irresponsable, bien trop pour avoir des enfants. Visiblement, ce n’était pas la France qui lui permettrait de se calmer, de s’assagir. Cela aurait été étonnant, à vrai dire, que ce pays réputé pour son coté épicurien permette au jeune homme de s’assagir. Dommage. Diana aurait apprécié l’idée de devenir « Tante » un jour. Mais elle se doutait bien que ce ne serait pas pour bientôt.

«- N’ais-je donc plus le droit de rêver d’un bambin courant dans mes jupons en criant « Ma tante !!! » ? Que vous êtes donc cruel, Malek… » répondit elle en souriant, riant même légèrement.

Codage fait par .Jenaa



Dernière édition par Diana von Böras le Mar 22 Jan - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Ven 11 Jan - 1:00

Malek ne s'était pas rendu compte, lorsqu'il les avait dites, que les paroles qu'il prononçait sur les Suédoises qu'il avait laissé en quittant son pays natal ait pu choquer Diana. Cependant, après qu'il les avoir prononcées, il remarqua une légère ombre passer sur le visage de sa chère sœur. Le duc comprit alors que pour la duchesse qui était si parfaite dans ses mœurs, le savoir si irrespectueux envers les femmes pouvait ne pas lui plaire. Le duc se promit alors d'essayer de faire plus attention dans ses propos s'ils abordaient le sujet à nouveau. Il ne voulait que le bonheur de sa sœur et il préférait la protéger un peu de ses pratiques, bien qu'il sache qu'elle en savait tout.

Puis, lorsque le duc exposa à Diana ses craintes quant au voyage qu'elle venait de faire, la duchesse lui répondit :

«- Avec une lettre, cela n’aurait plus été une surprise très cher. Là, vous ne vous y attendiez absolument pas, c’est exactement l’effet que j’avais espéré ! »

Sur ces paroles, la jeune femme afficha un sourire franc. Le genre de sourire qui ne pouvait que vous en afficher un également sur votre visage. C'est d'ailleurs ce qui se passa et le duc répondit :

« Hmm, c'est plutôt vrai, en effet, très chère! Et quelle surprise! Vous étiez la dernière personne que je m'attendais à voir ici. Oh... Il faut exclure le roi de Suède, par contre, je crois que j'aurais été légèrement plus surpris, et plus inquiet, de le voir ici » , termina le Suédois, avec un sourire moqueur.

Lorsque Malek répondit à sa sœur qu'il n'était toujours pas près de se marier, et encore moins d'avoir des enfants, celle-ci lui répondit promptement en riant.

«- N’ais-je donc plus le droit de rêver d’un bambin courant dans mes jupons en criant « Ma tante !!! » ? Que vous êtes donc cruel, Malek… » 

Le duc ria à son tour aux paroles de Diana. Il ne pouvait douter que cela était réellement le souhait de sa chère sœur, mais le ton qu'elle avait prit rendait ses paroles plus légères et plus drôles. Pauvre duchesse, si elle souhaitait réellement devenir tante, cela n'allait sûrement pas arriver de sitôt. Malek ne pouvait se cacher, cependant, qu'il voudrait des enfants plus tard. Question de perpétuer la digne lignée von Strömstad... Et de ne pas mourir seul. Car c'était bien là l'une de ses craintes les plus cachées. Bien qu'il soit un homme volage qui ne semblait pas vouloir se poser et rester avec une seule personne, le duc était tout de même un humain. Il souhaitait donc, qu'un jour, il change légèrement, de préférence par lui-même et qu'il rencontre une personne avec qui il voudrait finir sa vie. Le duc souhaitait plus que tout, également, ne jamais faire souffrir cette personne en se laissant aller à ses impulsions immatures. Mais bon, on pouvait toujours espérer, se disant le duc.

- «Bien sûr que vous avez le droit, très chère, répondit le duc, en riant. Mais comprenez que cela semble encore si loin pour moi! Je ne peux avoir tout de suite la responsabilité d'avoir des enfants, quand moi-même je ne gère pas ma vie de façon responsable! Enfin, ma vie sentimentale... » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Ven 11 Jan - 2:21

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Diana ne comprenait pas ces femmes qui, mariés, tombaient dans les bras de jeunes damoiseaux de la cours. D’ailleurs, elle ne le comprenait pas plus lorsqu’il s’agissait de demoiselles comme elle, qui n’avaient jamais connu le mariage. Depuis longtemps la jeune femme s’était faite à l’idée de son mariage avec un homme qu’elle n’aimerait pas. Et sachant cela, la blondinette savait aussi que jamais, il ne lui serait possible de se glisser dans une autre couche masculine que celle de son époux. L’éducation qu’ont lui avait donné depuis toujours l’empêcherait forcément de s’adonner à pareille bassesse et folies. C’était le rôle des hommes, de courir les courtisanes et les catins, en aucun cas celui du sexe faible. Enfin, c’était celui des filles de joies que d’offrir leurs corps aux messieurs. Mais les femmes respectables ne pouvaient et ne devaient en aucun cas s’adonner à telles pratiques. Et savoir que son frère contribuait à ce manque aux bonnes mœurs lui était désagréable. Plus encore sur le fait que les dames semblaient s’éprendre et souffrir ensuite de ses absences.

Le roi de Suède était effectivement un bien mauvais candidat dans le rôle d’un visiteur de Versailles mais, après tout, il n’était pas exclu que, pour signer un quelconque traité ou une alliance, le monarque ne vienne pas en France, après tout. Certes, il y avait plus de chance qu’il envoie quelqu’un pour le représenter. Mais allez savoir quel grain de folie peu, parfois, se saisir de l’esprit d’un souverain… Ceci étant dit, cela aurait été une surprise tout de même, de croiser en France le chemin du roi de Suède. Plus encore en ce moment avec, de ce que Diana avait put en entendre rapidement un peu plus tôt, le rapprochement entre Marie-Antoinette et un certain Alex von Fersen, natif du si beau pays d’où venaient Malek et Diana..

Le mariage. Voilà, de toute évidence, une chose bien compliquée tant pour l’un que pour l’autre mais la jeune femme ne peut qu’acquiescer lorsque le duc dit ne pas être prêt à être père. Cela est vrai car Malek est encore un grand enfant. Diana est plus mature, plus… Mais c’était normal après tout, elle était une femme et le sexe faible est plus posée, en général. Bref. Malgré ses dires, Diana voit bien qu’au fond de lui, son frère aspire à trouver cette demoiselle qui fera battre son cœur plus vite et lui donnera de beaux enfants. Et la duchesse ne doute pas que ce sera le cas un jour.

«- Vous savez Malek, un grand homme m’a dit un jour qu’on ne savait jamais de quoi se composerai notre lendemain. Et vous devez le savoir puisque c’est vous qui me l’avez dit lorsque j’étais enfant, un jour où je pleurai. Alors souriez donc à la vie très cher : votre belle est peut-être ici, à Versailles. Vous la connaissez peut-être même, qui sait. Mais il faut laisser le temps au temps pour comprendre les sentiments que l’ont éprouve pour une personne. Peut-être rencontrerez-vous la duchesse von Strömstad plus tôt que vous ne le pensez très cher.»

Disant cela, la jeune femme arborait un doux sourire. Premièrement parce qu’elle pensait réellement ce qu’elle venait de dire et sa toute récente rencontre versaillaise confirmer ces propos qu’elle ne faisait, à vrai dire, que répéter, secondement parce que son sourire était réconfortant. Et il lui avait semblé déceler ce genre de besoin chez son frère quand il avait dit qu’il ne gérait pas sa vie amoureuse de façon responsable.

Codage fait par .Jenaa



Dernière édition par Diana von Böras le Mar 22 Jan - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Lun 21 Jan - 21:39

Aux paroles de Diana, le Suédois eut un petit sourire. Elle avait sûrement raison. D'ailleurs, lorsqu'elle avait mentionné qu'il connaissait peut-être même déjà cette femme, le duc ne put s'empêcher de penser à la comtesse d'Artois, Marie. Ses sentiments pour elle commençaient à être beaucoup plus forts qu'une simple amitié... Certes, ils avaient déjà une relation très ambigüe et les deux jeunes gens s'amusaient à cultiver cette ambiguïté (surtout pour embêter le mari de la comtesse), mais Malek se demandait si cela ne commençait pas à dépasser le simple jeu.

Seulement, de nombreux problèmes empêchaient Malek de s'attacher plus ou de faire des gestes qui le compromettraient, mais qui rendraient ses sentiments clairs aux yeux de Marie. Premièrement, et pas le moindre des problèmes, la comtesse était mariée. Alors, même si Malek laissait aller leur relation et qu'ils devenaient plus proches, qu'adviendrait-il? Marie ne pourrait jamais se séparer de son mari, ce n'était même pas envisageable. Alors, Malek serait son amant? Et si celui-ci venait à se marier? Sa femme en souffrirait, tout comme Marie d'ailleurs. Déjà, ce problème était de taille, c'était le moins qu'on puisse dire.

Par contre, il y avait aussi un léger détail qui restait : Malek était un homme volage. Cela tout le monde le savait, même dans plusieurs cours à travers le monde. Le duc ne s'était jamais soucié de ses agissements, d'ailleurs sa réaction lorsque Diana lui avait dit que quelques femmes avaient pleuré sur son épaule lorsque le duc était parti le prouve. Il s'était toujours dit que les femmes qui voulaient se rapprocher de lui étaient au courant de ses agissements, puisque les rumeurs allaient bon train et les murs des châteaux avaient des oreilles. Donc, pour lui, ce n'était pas un problème. Cependant, serait-il capable de rester ''fidèle'' ( il aurait certainement une femme un jour, donc il la tromperait pour Marie. Alors, il serait fidèle à moitié, mais bon...) à une seule dame? Aussi belle, drôle et plaisante soit-elle? Malek ne pouvait le jurer et il n'avait pas confiance en lui-même. Cela lui faisait plus peur encore que d'avoir à affronter le mari de la comtesse d'Artois, advenant qu'ils aient une liaison (même si c'est une mauvaise comparaison, puisque le Suédois n'a aucunement peur de cet homme).

Devant ces pensées plutôt décourageantes, Malek laissa tomber sa tête vers l'arrière pour l'accoter contre le dossier du fauteuil et il se passa une main sur le visage.

« Diana, parfois je me décourage moi-même, le savez-vous? Si vous pouviez entendre à quoi je songe, en ce moment vous me fustigeriez assurément..., le duc soupira, puis tourna son regard vers sa sœur. Et si je trouvais la femme avec qui je pourrais partager ma vie et être heureuse, mais que j'étais incapable de lui être fidèle? J'ai toujours vécu ainsi, je ne vois pas comment je pourrais changer... »

Il savait que Diana allait assurément vouloir le rassurer et lui dire que lorsqu'il aurait trouvé la femme parfaite pour lui, il se stabiliserait et il ne voudrait pas la tromper. Cela était peut-être vrai, mais le duc avait de la difficulté à y croire. C'était peut-être un cercle vicieux, en fait. Il était volage, donc il ne se mariait pas, mais il ne se mariait pas, car il avait peur de rester aussi volage. Pour ceux qui croyaient que la vie que menait Malek était facile, eh bien, qu'ils se trompent! Ce duc n'était pas si cruel au fond, même qu'il ne l'était pas du tout. Peut-être avait-il juste un manque de confiance en lui inhabituel. Pas du genre que les gens remarquent, disons. Quoi qu'il en soit, le temps rattrapait le duc, et son statut d'homme pas encore marié commençait à lui peser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Mar 22 Jan - 17:04

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Voilà qui compliquait les choses, assez grandement : la question de la fidélité. Malek von Strömstad, reconnu pour être un grand coureur de jupons saurait il s’enchainer à une seule et même femme, au nom de l’amour ? Etait-ce possible de changer de la sorte, du tout au tout et rapidement ? La blondinette l’ignorait totalement pour ce qui était des hommes en général mais en ce qui concernait son frère, son idée était plutôt positive et bien arrêtée : oui, il changerait sûrement pour l’amour d’une demoiselle. Parce qu’il n’était pas méchant et, qu’au fond, son jeu de séduction n’était dût, aux yeux de la duchesse, qu’à l’absence d’obligations conjugales qu’il avait, du fait qu’il n’était pas marié. Si une femme ravissait son cœur, si elle devenait l’épouse du jeune homme, alors oui, oui il changerait certainement pour elle et il accepterait de s’enchainer au sourire de cette dernière. De tout cela, Diana n’en doutait pas. Mais ce n’était pas elle qu’il fallait convaincre de cela, c’était Malek. Et la chose, de fait, n’était plus aussi aisée. Car l’homme avait ses propres convictions à son sujet et, quand il s’agit de lui-même, l’Homme a toujours tendance à penser qu’il est celui qui se connait le mieux et, par conséquent, que lui seul a raison, ce qui n’est pas toujours le cas.

Soupirant avec une infinie discrétion, la demoiselle observe son pauvre frère qui semble un peu perdu face à ses inquiétudes et interrogations. Que lui dire pour le convaincre et lui remonter le moral par la même occasion ? La demoiselle était quelque peu dépassé par cette détresse là. Peut-être à cause du fait que l’infidélité était une chose qu’elle-même craignait de la part de l’homme qui partagerait sa vie ? De fait son esprit n’arrivait pas à se concentrer totalement sur le cas de son frère ? Peut-être. Ou alors elle ne savait pas quels étaient les mots percutants à prononcer pour que le jeune homme accepte de croire ce qu’elle voulait qu’il croit. Néanmoins, la comtesse suédoise se jeta à l’eau après quelques minutes d’interrogations personnelles.

«- Je suis sûre que quand vous trouverez la bonne personne, elle effacera toutes les autres à vos yeux. Je pense qu’une fois mariée à celle que vous aimerez vraiment, alors vous serez en mesure de vous ranger. Pour le moment, à mon humble avis, vous jouez simplement parce que vous n’avez pas trouvé l’amour de votre vie, que vous n’avez pas d’obligations conjugales. Mais comme vous n’êtes, à ma connaissance, ni rustre ni méchant, je ne pense pas que vous pourriez faire quelque chose d’aussi peu courtois. D’autant que si vous prenez une femme en épousailles, ce sera de votre propre chef, vous l’aurez choisit. Enfin, je ne crois pas que votre père vous ait déjà conseillé à ce sujet ? Et je ne crois pas que vous seriez disposés à l’écouter donc, je ne vois qu’un mariage d’amour pour vous. Donc… vous comprenez où je veux en venir ou point du tout ?»

La demoiselle se sentait maladroite dans sa déclaration. Certes, elle l’était un peu car à vrai dire, ses propos étaient quelque peu cafouilleux, incertains, répétitif, mal manipulés. Mais le plus important, au fond, c’était que l’homme comprenne ce que la blondinette voulait lui faire comprendre, non ? En espérant donc que ce soit le cas. Mais la suédoise avait quelques réserves là-dessus, tant elle avait été imprécise dans ses propos. Quelque part, la jolie demoiselle aux cheveux couleur de soleil se sentait mal car elle avait l’impression de faillir à sa tâche de petite sœur de cœur. Elle n’était pas des meilleures pour remonter le moral de l’homme et le rassurer, là. Pour le coup, la blondinette se sentait vraiment nulle.

Codage fait par .Jenaa

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Mer 30 Jan - 23:28

La tête toujours appuyée contre le dossier de son fauteuil, Malek perçut le très discret soupir de sa sœur. Bien que son cœur n'était pas aux réjouissances en ce moment, le duc eut un léger sourire en coin. En effet, il devait bien exaspérer Diana en ce moment. Non, mais tout de même, un homme connu pour ses infidélités qui se prenait tout à coup la tête à savoir si éventuellement il pourrait changer sa nature et devenir fidèle... Avec des « si », on pourrait changer le monde, dit-on.

Le silence perdura et Malek tourna la tête pour regarder dans le vide, devant lui. Peut-être que Diana hésitait entre s'en aller devant les paroles beaucoup trop incongrues pour elle et essayer de le réconforter pour un mal qui n'existait pas encore... Malek se sentait pathétique et ce n'était pas pour améliorer son moral. Le duc sentit alors que sa sœur avait tourné la tête vers lui, sûrement qu'elle se demandait comment commencer sa réponse... Quoi qu'il en soit, celle-ci vint quelques secondes plus tard.

«- Je suis sûre que quand vous trouverez la bonne personne, elle effacera toutes les autres à vos yeux. Je pense qu’une fois mariée à celle que vous aimerez vraiment, alors vous serez en mesure de vous ranger. Pour le moment, à mon humble avis, vous jouez simplement parce que vous n’avez pas trouvé l’amour de votre vie, que vous n’avez pas d’obligations conjugales. Mais comme vous n’êtes, à ma connaissance, ni rustre ni méchant, je ne pense pas que vous pourriez faire quelque chose d’aussi peu courtois. D’autant que si vous prenez une femme en épousailles, ce sera de votre propre chef, vous l’aurez choisi. Enfin, je ne crois pas que votre père vous ait déjà conseillé à ce sujet ? Et je ne crois pas que vous seriez disposés à l’écouter donc, je ne vois qu’un mariage d’amour pour vous. Donc… vous comprenez où je veux en venir ou point du tout ?»

Le duc acquiesça. Il pensait sa cause désespérée, mais sa sœur était parvenue à trouver les mots justes. Cette jeune femme était une soie et Malek ressentit un élan d'amour fraternel envers Diana. Il se jura alors pour la énième fois de ne pas laisser cette femme merveilleuse avoir un époux qui la rendrait triste. Peu importe s'il devait y perdre sa réputation, de toute façon il n'avait que faire d'elle et il serait prêt à sacrifier tout ce qu'il faudrait pour que sa sœur ait une vie pleine de bonheur.

«  Oui, vous avez sans doute raison... Comme toujours. Et il est vrai que personne ne pourrait m'imposer la décision de mon mariage... Et je me fous pas mal du rang de celle que je marierai. »

Le duc haussa les épaules : «  De toute façon, je suis déjà duc et je m'embourbe de paperasse. Le rang me convient bien, je ne le nierai pas. J'aime bien le prestige qu'il apporte. Mais je ne verrai jamais le bénéfice de faire un mariage d'intérêt pour être malheureux durant le reste de sa vie. J'imagine que mon mariage viendra en son temps. Et que je finirai bien par m'assagir, non? Tous les hommes le font bien, je crois. »

Malek sourit à sa sœur, déterminé à chasser son humeur maussade. Il détestait se sentir ainsi et continuer à parler de ce sujet n'allait pas l'aider. De plus, la manière que sa sœur avait tourné sa réponse lui avait fait réaliser que sa situation n'était pas si désespérée. Même pas du tout comparée à bien d'autres.

Le Suédois posa une main sur celle de sa sœur et lui fit un sourire aimant : «  Et vous, chère sœur, que se passe-t-il quelque chose dans votre cœur? Des Versaillais ont-ils déjà tenté de le conquérir? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Sam 2 Fév - 1:27

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



La demoiselle se sentit tressaillir à la question de son frère. Que se passait-il dans son cœur ? Avant son arrivée à Versailles, pas grand-chose… pour ne pas dire rien du tout. Mais depuis sa rencontre avec ce domestique, cet Antonin Villeroy, quelques heures auparavant, la blondinette se sentait toute chose. C’était très étrange de ressentir ce genre de choses. Son cœur qui battait plus vite, ses pensées qui ne cessaient de tourner autour de ce visage trop vite disparu de son champ de vision… A vrai dire ça ne lui était jamais arrivé. Quelque part cela l’inquiétait. Etait-elle souffrante ? Les choses de l’amour lui étaient un si grand mystère…. De fait, la duchesse ignorait que le mal dont elle était atteinte n’était rien d’autre que ce que l’on appelle un coup de foudre. Et c’était loin d’être une bonne chose : ce mariage ne pourrait jamais avoir lieux. Quel père accepterait de marier sa fille à un simple manant, en étant lui-même duc et sachant le roi intéressé par ladite demoiselle ? Aucun, assurément.

Bafouillant, la duchesse cherche ses mots, rassemble ses esprits. Se confier à son frère lui fera sûrement du bien. Plus inconsciemment, la demoiselle songeait aussi que, peut-être l’homme seraitl de bon conseil, bien qu’il n’était guère mieux renseignée qu’elle sur la question de par le fait qu’il ne connaissait pas vraiment l’Amour réel, avec un grand A, n’ayant jusqu’ici, de ce qu’en savait la belle, connu que des aventures. Il saurait sûrement, en tout cas, lui expliquer ce qu’étaient ces étranges sensations qui ne la quittaient plus depuis cette rencontre survenue un peu plus tôt.

«- Je crains que mon arrivée trop récente et ma visite dans vos appartements n’aient guère laissées de temps à ces jeunes gens pour venir tenter de me conquérir. Nous verrons bien après tout, car je ne compte point partir si vite de Versailles. Les jeunes hommes auront donc tout loisir de s’essayer à me séduire, dans le respect des traditions et de la bienséance qui me sont si chères, naturellement. »

La demoiselle ne parle pas encore de sa rencontre avec Antonin. Il lui faut rassembler ses esprits avant d’annoncer cela. N’est-elle donc pas folle, d’avouer chose pareille ? Son frère était digne de confiance, certes, mais accepterait-il pour autant un viol pareil des règles de la bienséance ? Le doute était permis, même s’il n’était que léger.

«- Et bien il ne se passe rien dans mon cœur. Vous savez fort bien que nous autres, femmes, n’avons le droit d’aimer que l’homme auquel notre père nous promet. Et n’étant pas même fiancée pour l’heure… Mais je vous confesse que… je ne sais pas trop ce qu’il se passe mais… j’ai rencontré un jeune homme en arrivant, charmant en tout points, qui m’aida à me retrouver dans cette si grande bâtisse. Courtois, séduisant et serviable… quoique ce dernier point est sûrement normal dans son cas puisque… puisque c’est un domestique.» souffle la demoiselle honteuse, le rouge aux joues alors que ses yeux se baissent pour fixer le sol. Mais que vient-elle de dire ! Et, semble-t-il insatisfaite, la duchesse poursuit ses propos sur sa lancée. «Mon cœur bat si fort… et je ne cesse de revoir son visage, son sourire… Je suis folle n’est-ce pas ? Père n’autoriserai jamais une telle infamie. Et j’ignore en tout point si je l’aime réellement ou non. Je veux dire… Je n’ai jamais ressentit cela et je ne sais comment l’identifier… Mais c’est idiot, n’y pensons donc plus. Vous parliez de vos papiers. Comment vont vos affaires, justement ?»

Codage fait par .Jenaa

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 28/12/2012
♕Manuscrits : 51

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Jeu 4 Avr - 18:12

Le sujet de conversation n'était maintenant plus à son propos et Malek se sentait un peu mieux. Le fait de se renseigner sur sa sœur lui permettait pour un moment d'oublier ce qui rendait son tempérament un peu ombrageux ces derniers temps. À sa grande surprise, lorsqu'il demanda à Diana si un Versaillais avait tenté de la courtiser, les joues de celle-ci se teintèrent délicatement de rose et la jolie Suédoise parût chercher ses mots.

Le duc eut un sourire en coin. Il se doutait bien que les jeunes hommes remarqueraient tout de suite sa chère sœur. C'est que sa beauté et son maintien qui témoignait d'un haut rang dans la société faisaient tourner bien des têtes. Mais une ombre passa sur le visage de Malek lorsqu'il se dit que l'homme qui réussirait à capturer le cœur de Diana ferait bien mieux de ne pas lui faire de mal, sinon il aurait affaire au Suédois... Et dieu sait que Malek était capable de tout lorsqu'il s'agissait de défendre ceux qu'il aimait.

«- Je crains que mon arrivée trop récente et ma visite dans vos appartements n’aient guère laissées de temps à ces jeunes gens pour venir tenter de me conquérir. Nous verrons bien après tout, car je ne compte point partir si vite de Versailles. Les jeunes hommes auront donc tout loisir de s’essayer à me séduire, dans le respect des traditions et de la bienséance qui me sont si chères, naturellement. »
, dit alors Diana, qui semblait retrouver ses mots.

Malek la regarda un moment, une lueur amusée dans les yeux. Ainsi, elle ne voulait pas lui dire qui était la personne qui lui avait donné ces couleurs? Certes, cela faisait vraiment très peu de temps que Diana était arrivée à Versailles, mais une nouvelle rencontre pouvait arriver qu'en quelques secondes, n'est-ce pas? Le Suédois choisit de ne pas répondre tout de suite aux paroles de Diana, tentant de déceler dans le regard de celle-ci s'il avait vu juste. Diana continua alors :

«- Et bien il ne se passe rien dans mon cœur. Vous savez fort bien que nous autres, femmes, n’avons le droit d’aimer que l’homme auquel notre père nous promet. Et n’étant pas même fiancée pour l’heure… Mais je vous confesse que… je ne sais pas trop ce qu’il se passe mais… j’ai rencontré un jeune homme en arrivant, charmant en tout points, qui m’aida à me retrouver dans cette si grande bâtisse. Courtois, séduisant et serviable… quoique ce dernier point est sûrement normal dans son cas puisque… puisque c’est un domestique.»

Un immense sourire victorieux apparût sur les lèvres du Suédois lorsque Diana avoua enfin. Les joues de celle-ci s'empourpèrent un peu plus lorsqu'elle prononça ces mots et sa sœur baissa les yeux. Malek allait lui poser un million de question pour essayer de deviner l'identité du jeune homme en question, puisqu'il connaissait maintenant pas mal de personnes à Versailles, lorsque Diana avoua que c'était un domestique. Ce fut alors au tour du Suédois de se retrouver sans mot.

«Mon cœur bat si fort… et je ne cesse de revoir son visage, son sourire… Je suis folle n’est-ce pas ? Père n’autoriserai jamais une telle infamie. Et j’ignore en tout point si je l’aime réellement ou non. Je veux dire… Je n’ai jamais ressentit cela et je ne sais comment l’identifier… Mais c’est idiot, n’y pensons donc plus. Vous parliez de vos papiers. Comment vont vos affaires, justement ?»


Malek regardait toujours Diana avec absolument aucune expression sur son visage. À l'intérieur, son cerveau se faisait aller à mille à l'heure. Il était certes content qu'un homme fasse enfin battre le cœur de sa chère Diana, mais... Un domestique? Malek ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait souhaité un noble pour la Suédoise... Mais cette pensée lui répugnait. Était-il de ces gens, alors, qui croyaient que le rang était tout ce qui importait? Et puis, si Diana trouvait l'amour avec ce domestique, qu'y avait-il de mal là? '' Peut-être le fait que personne de la haute noblesse n'épouse de domestique...'', lui murmura une voix dans sa tête. Malek secoua sa tête discrètement, comme pour chasser cette voix agaçante, puis prit les mains de sa sœur dans les siennes et cloua son regard au sien.

« Ma chère Diana... Vous venez à peine d'arriver à Versailles et déjà vous trouvez le moyen d'occuper toutes mes pensées, comment faites-vous, dites-moi?, fit Malek, en souriant, Je ne connais pas grand chose au véritable amour, ni comment cela se passe pour la gente féminine, mais je peux vous assurer que vous ne devez pas être bien loin de ça en ce moment. Je ne suis pas votre père, mais je peux vous donner mon avis de frère et d'ami... Pour le premier, j'ai vraiment peur que si vous tombez réellement amoureuse de cet homme, vous rencontrerez énormément de difficulté, autant venant de l'opinion des autres que pour votre qualité de vie. Cependant, je peux vous assurez que tant que je serai vivant, vous ne manquerai jamais de rien, donc la question de la qualité de vie est réglée, pour ce qui est de l'opinion des autres... C'est à vous de savoir si vous pouvez l'affronter...

Mon opinion d'ami est plus joyeuse, ne vous inquiétez pas! Je suis des plus heureux pour vous que vous ayez trouvé en ces lieux un homme qui vous procure ces sentiments et j'espère sincèrement qu'il saura vous rendre heureuse. Vous avez ma bénédiction, mais également mon support. Si vous décidez de le revoir, sachez que je ferai tout en mon possible pour taire cette histoire si vous le souhaitez ou pour rendre l'opinion publique, et surtout de ces langues de vipères de Versaillais, favorable à votre histoire. »
, dit Malek. Et, en terminant cette phrase, il prit chaleureusement Diana dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




♕Entrée à Versailles : 31/12/2012
♕Manuscrits : 32

MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek Dim 7 Avr - 23:26

Diana et Malek
“ Retrouvailles ”



Les joues de Diana étaient rouges pivoine à cause de ses confessions. Un domestique. Elle s’amourachait d’un simple domestique, qu’elle avait vu à peine plus de quelques minutes en arrivant à Versailles. Fallait-il donc être folle, pour tomber si rapidement sous le charme d’un bel inconnu de classe très inférieure ? Sûrement. Malgré tout, s’était le genre de confidences qu’elle savait pouvoir faire à l’homme, qui ne la jugeait pour ainsi dire jamais, quoiqu’elle face. La jolie noble était même à peu près sûre que je jeune duc von Stromstad accepterait sans grand mal de la voir s’amuser, prendre du plaisir aux bras de jeunes galants. Ce dont elle n’avait absolument pas envie à vraie dire. Mais du moment qu’elle ne souffrait pas, le noble était d’accord avec tout, ou presque.

«- Ma chère Diana... Vous venez à peine d'arriver à Versailles et déjà vous trouvez le moyen d'occuper toutes mes pensées, comment faites-vous, dites-moi ? Je ne connais pas grand chose au véritable amour, ni comment cela se passe pour la gente féminine, mais je peux vous assurer que vous ne devez pas être bien loin de ça en ce moment. Je ne suis pas votre père, mais je peux vous donner mon avis de frère et d'ami... Pour le premier, j'ai vraiment peur que si vous tombez réellement amoureuse de cet homme, vous rencontrerez énormément de difficulté, autant venant de l'opinion des autres que pour votre qualité de vie. Cependant, je peux vous assurez que tant que je serai vivant, vous ne manquerai jamais de rien, donc la question de la qualité de vie est réglée, pour ce qui est de l'opinion des autres... C'est à vous de savoir si vous pouvez l'affronter... Mon opinion d'ami est plus joyeuse, ne vous inquiétez pas! Je suis des plus heureux pour vous que vous ayez trouvé en ces lieux un homme qui vous procure ces sentiments et j'espère sincèrement qu'il saura vous rendre heureuse. Vous avez ma bénédiction, mais également mon support. Si vous décidez de le revoir, sachez que je ferai tout en mon possible pour taire cette histoire si vous le souhaitez ou pour rendre l'opinion publique, et surtout de ces langues de vipères de Versaillais, favorable à votre histoire. »

Lui adressant un sourire alors qu’il assure lui apporter son soutient et sa protection, Diana se retient de justesse de dire qu’elle le savait, ou du moins s’en doutait, déjà. Au fond, il savait qu’elle savait. Parce qu’il avait toujours été comme ça, très protecteur, avec la jeune femme. Détournant le regard, cette dernière le pose sur le mur, un peu honteuse malgré tout et surtout bien triste. Jamais son père n’écouterait Malek et ce malgré les dires de ce dernier. Et puis il fallait être bien fou pour songer à parler déjà d’amour. Au fond, en y bien pensant, ça ne devait être qu’une petite inclination. Une légère attirance, tout au plus. Rien de bien grave. Rien de bien puissant.

«- Vous auriez beau faire ici auprès de l’opinion, jamais père n’autoriserait que je commette une pareille infamie et le déshonore ainsi. Mère et lui ont toujours espéré que Charles demanderait ma main. Même s’il ne le fait pas, je doute qu’ils acceptent de me faire épouser un homme de rang moindre que celui de marquis. » soupire la jolie blonde non sans une certaine tristesse qu’elle aurait bien de la peine à cacher si tel était son souhait. «Et puis n’y pensons pas. Il faudrait encore que je plaise au jeune homme et je ne suis pas assez séduisante pour cela. Trop grande, trop pâle, trop blonde. Et surtout, j’ai des courbes trop peu généreuses. Quand à mon titre, mon rang et mon argent et bien, je ne veux pas être aimé pour ça voyez-vous cher frère. Je mourrai de découvrir un époux seulement intéressé par ma dot. »

La jolie noble laisse un soupir lui échapper sur ces mots. Sa situation n’est pas des plus malheureuses, elle le sait bien. Mais ce n’est pas très heureux non plus, à bien u penser. Pourquoi les choses ne peuvent elles pas êtres plus simples ? Elle l’ignore totalement. Avec un soupir, la demoiselle se lève et fait quelque pas dans la pièce, l’air las et quelque peu désemparé.

«- Je ne veux pas épouser Charles. Je ne l’ai jamais voulu. Mais je ne puis m’empêcher quelques interrogations. Tout le monde en Suède murmure qu’il veut me marier. Et le fait est qu’il n’a toujours pas mit genou à terre pour moi. Vous qui le connaissez si bien, savez-vous ce qui le retient ainsi ? J’ai pourtant reçut toute l’éducation nécessaire pour qu’il n’hésite pas… cela dit… comme je viens de le dire, je ne suis pas bien jolie. Peut-être a-t-il en vue rose plus délicate que je ne peux l’être.. »

Codage fait par .Jenaa

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retrouvailles | Malek

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles | Malek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOD.SAVE.THE.QUEEN ♕ :: Versailles :: les appartements :: grands appartements-